2 min de lecture Histoire

Pourquoi parle-t-on de "coup de Trafalgar" ?

Celui-là, si je le retrouve, il verra de quel bois je me chauffe, il m’a fait un sacré coup de Trafalgar ! Mais qui c’est celui-là ?

micro generique Questions au saut du lit Jean-Baptiste Giraud iTunes RSS
>
Pourquoi parle-t-on de "coup de Trafalgar" ? Crédit Image : LEON NEAL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Baptiste Giraud Journaliste

L’expression est connue, mais son origine, beaucoup moins. Saurez-vous trouver la bonne réponse ?

Réponse 1) Trafalgar square était autrefois un lieu assez mal famé de Londres, où plus d’un bourgeois s’est retrouvé détroussé de sa bourse et de sa montre, et plus d’une bourgeoise de ses bijoux. Tant et si bien que chez les anglais, se faire détrousser, c’est le coup de Trafalgar. L’expression a traversé le Channel.

Réponse 2) Le cap de Trafalgar est situé non loin de Giblraltar, à la pointe de l’Espagne. C’est là bas que l’Amiral Nelson a infligé une cuisante défaite aux flottes françaises et espagnoles alliées, pourtant en supériorité numérique.

Réponse 3) Le duc de Traflagar était un bretteur célébre. Un bretteur, c’est quelqu’un qui aime se battre à l’épée, et qui l’emporte souvent pour ne pas dire toujours. Le coup de Trafalgar est une botte secrète à l’escrime qui lui donnait un avantage décisif sur ses adversaires..

Le coup de Trafalgar, un coup bas ou un coup d’audace ?

La bonne réponse est la réponse 2 !

Oui, c’est  au large du cap de Trafalgar que les flottes françaises et espagnoles ont été décimées par la flotte anglaise pilotée par l’amiral Nelson en 1805. Lors de cette bataille, plus de 4000 marins alliés ont peri, 8000 ont été fait prisonniers, mais surtout 17 vaisseaux alliés ont été capturés et quatre détruits.

Du côté anglais, il y eu seulement 450 morts et des blessés, et aucun navire détruit ou capturé. Seul Nelson a payé de sa vie sa victoire, maigre consolation pour l’Empire Français et le Royaume d’Espagne alliés.

À lire aussi
géopolitique
Hubert Védrine : "Que dirait De Gaulle et même Mitterrand sur le monde d'aujourd'hui ?"

Revenons sur cette bataille de Trafalgar : Nelson est en infériorité numérique. Les Francais et les Anglais ont six vaisseaux et 8000 hommes de plus. Leur victoire est en théorie assurée.

Mais Nelson qui est un grand tacticien décide de jouer le tout pour le tout : plutôt que d’engager un combat naval classique, navire contre navire, il concentre toute sa flotte en un seul point, et fonce au beau milieu des navires français et espagnols. La manoeuvre surprend les capitaines et les équipages alliés, qui, par peur de toucher d’autres navires alliés, hésitent à tirer au canon sur les anglais. A l’inverse, les anglais n’ont rien à perdre ! Où qu’ils tirent, ils sont sûrs de toucher un ennemi ! C’est cette stratégie, totalement inattendue et audacieuse, qui vaudra la gloire à titre posthume à Nelson, puisqu’il meurt au court de la bataille. L’expression “coup de Trafalgar” rentre dans l’histoire, et dans le langage courant. A ne pas confondre avec le coup de Jarnac.. Mais ca, c’est une autre histoire ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants