1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Vos salaires pourraient être augmentés dans les mois à venir
2 min de lecture

Vos salaires pourraient être augmentés dans les mois à venir

Info RTL REPLAY - INFO RTL - Selon le cabinet Deloitte, neuf entreprises du privé sur dix devraient encore procéder à des augmentations salariales en 2016.

Fiche de salaire. (photo d'illustration)
Fiche de salaire. (photo d'illustration)
Crédit : AFP / MYCHELE DANIAU
Vos salaires pourraient être augmentés dans les mois à venir
02:59
Armelle Levy & Loïc Farge

La période des négociations annuelles sur les augmentations va débuter dans les entreprises. Il y a éventuellement de quoi se réjouir.  Cette année, neuf entreprises sur dix ont pratiqué des augmentations de salaires pour tout ou une partie de leurs salariés. Elles prévoient encore de le faire l'année prochaine. Selon le cabinet Deloitte, les salariés du privé ont été augmentés en moyenne de 2,6% cette année. Cela représente 52 euros brut de plus par mois pour un salaire de 2.000 euros. Cela peut paraître peu, mais c'est quand même plus que l'inflation. La hausse générale des prix était proche de zéro cette année.

La banque, l'assurance et l'énergie sont les secteurs les plus dynamiques où vous avez le plus de chance d'être augmenté. Au contraire, le transport-logistique, la grande distribution, l'hôtellerie-restauration et les services affichent des budgets à la baisse. Votre rémunération dépend aussi d'où vous habitez.

Le nombre d'accords sur les salaires a chuté

"Il y a déjà un écart de cinq points entre Paris et la province, et un écart de dix points entre une grande entreprise - quelle que soit sa localisation - et une petite entreprise", précise Jean-Philippe Gouin, du cabinet Deloitte. "Si on cumule les deux écarts, nos analyses montrent qu'il y a un écart de dix-huit points de rémunération entre une grande entreprise à Paris et une petite en province".

Presque vingt points d'écart de rémunération sur le territoire, c'est énorme. Cela dépend du dynamisme et de la taille de l'entreprise, du bassin d'emploi et du coût de la vie sur place.

À écouter aussi

On s'aperçoit que les augmentations collectives, c'est de l'histoire ancienne. On est dans l'ère du cas par cas, quitte à avoir recours aux parts variables et bonus. Le nombre d'accords sur les salaires a chuté dans les entreprises. Selon la CFDT, on est passé de 595 accords conclus en 2012 à 375 en 2014 (un tiers de moins). Cela veut dire que les entreprises misent de plus en plus sur les rémunérations individuelles pour garder leurs meilleurs éléments.

Les grands perdants, ce sont les non-cadres
qui ont perdu leur augmentation collective et qui n'ont pas d'augmentation individuelle.

Des bonus pour motiver les cadres

Côté cadres, les trois-quarts ont touché une augmentation individuelle cette année. La part variable peut même atteindre 30% de leur rémunération. C'est le cas de Marie. Elle a quitté son ancienne boîte, où elle n'avait pas été augmenté depuis quatre ans, pour rejoindre une entreprise de voyage sur-mesure qui emploie 200 salariés.

Aujourd'hui, elle gagne 2.000 euros par mois en fixe, mais elle peut toucher 1000 euros de plus, par mois si elle atteint ses objectifs. Ce qui peut faire 12.000 euros de plus sur l'année. "Des bonus ça motive et ça crée un climat ultra-positif où on a juste envie de se dépasser chaque mois un peu plus", plaide-t-elle. "C'est une très belle forme de reconnaissance", poursuit-elle.

Le phénomène inquiète les syndicats pour qui bonus et augmentation individuelle signifient "à la tête du client", et manque d'équité entre les salariés. Les syndicats perdent la main sur les augmentations. Ils cherchent tant bien que mal à mettre en place des outils de contrôle dans les comités d'entreprises.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/