3 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : pourquoi une telle méfiance des Français vis-à-vis des vaccins

PODCAST - Seule la moitié des Français dit vouloir se faire vacciner. En Allemagne et au Royaume-Uni, le taux d'acceptation du vaccin monte respectivement à 69% et 79%. Retour sur l'histoire de la méfiance vaccinale.

Ensuite_245x300 Ensuite Catherine Mangin & Christelle Rebière
>
14. Vaccins : pourquoi une telle méfiance ? Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page de l'émission
Catherine Mangin et Christelle Rebière

La vaccination souffre aujourd'hui d’une double crise de confiance : une crise de la parole politique et une autre, de la parole scientifique.  Et si ce "vaccino-scepticisme" ne frappe pas uniquement la France, il y est particulièrement fort.

Pour Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales spécialisé dans le complotisme et la méfiance à l'égard des institutions, "il est important de ne pas réduire les antivaccins à des complotistes".

Quant à leurs caractéristiques sociologiques, ce sont plutôt des personnes jeunes, des femmes, des partisans du Rassemblement National, de la France Insoumise ou encore d'Europe Écologie-Les Verts. Plus surprenant, les professionnels de santé sont peu vaccinés : selon le ministère de la Santé en 2017, seuls 25% à 30% des soignants sont vaccinés contre la grippe chaque année.


La méfiance des Français : une longue histoire

À lire aussi
société
Les infos de 7h30 - Pollution de l'air : 2.300 décès évités grâce au premier confinement

La peur du vaccin et plus précisément la "peur que les intérêts économiques priment sur les intérêts de santé publique" est née de plusieurs scandales, explique Antoine Bristielle. Le plus marquant : le virus H1N1 en 2009, Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé avait commandé 94 millions de doses. Beaucoup trop : 12 millions avaient dû être détruits. 

Il y a également une peur des effets secondaires. On a accusé une corrélation entre des cas de narcolepsie et la vaccination contre le virus H1N1, notamment en Suède, et dans les années 1990 en France, "on aurait eu des soupçons de sclérose en plaque après la vaccination contre l'hépatite B", souligne Antoine Bristielle.

La méfiance actuelle a également été alimentée par des confusions au sujet de la Covid-19 au sein du gouvernement, mais surtout au sein de la communauté scientifique. Pour renouer avec les institutions et encourager la population à se faire vacciner, la clé, pour Antoine Bristielle, c'est la transparence et "la proximité dans la politique vaccinale" dont les acteurs essentiels seront les médecins de famille et les pharmaciens.

Dans cet épisode d'Ensuite, Catherine Mangin, directrice adjointe de l’information de RTL, et Christelle Rebière, présentatrice de RTL Midi, se penchent sur la méfiance des Français à l'idée de se faire vacciner. Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales est leur invité.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Ensuite, un podcast hebdomadaire présenté par Catherine Mangin et Christelle Rebière. En quelques secondes, un fait d’actualité bouleverse nos vies… Et ensuite, que se passe-t-il ? Chaque vendredi, Catherine Mangin, directrice adjointe de l’information de RTL, et Christelle Rebière, présentatrice de RTL Midi, reviennent sur un événement, un geste, une image ou encore une parole pour mieux comprendre ce que cela raconte de notre époque si singulière. Un podcast RTL Originals.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants