3 min de lecture Suisse

Travail : plusieurs entreprises suisses passent aux 45 heures

REPLAY / ÉDITO - Une quinzaine d'entreprises exportatrices suisses viennent de passer aux 45 heures de travail hebdomadaires, et ce, sans majoration de salaire. Une mesure décidée au nom de la compétitivité.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Travail : plusieurs entreprises suisses passent aux 45 heures Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

C'est le quotidien suisse Le Temps qui le rapporte. Une quinzaine d'entreprises exportatrices sont en train d'augmenter la durée du travail, sans majoration de salaires, afin de rester compétitives et de contrer la hausse du franc suisse, qui pénalise leurs exportations. Certaines vont même jusqu'à baisser les salaires de 5% en parallèle, et supprimer tout ou partie du variable des cadres dirigeants.

D'autres ont décidé de payer leurs salariés en euros, et non plus en francs suisses, c'est-à-dire dans la devise de leurs exportations pour limiter les pertes de compétitivité. C'est, en réalité, une façon de diminuer les salaires. Les fonctionnaires de la ville d'Uzwill ont décidé de passer à 44 heures par semaine pendant trois mois, par solidarité avec les entreprises plombées par le franc fort.

L'export, vital pour les Helvètes

La compétitivité économique, c'est presque une cause nationale. La Suisse est l'un des pays d'Europe qui exporte le plus. Les ventes à l'étranger de biens et de services comptent pour 70% du PIV. En France, c'est 28%. Même en Allemagne, ça n'est que 50%.

Autant dire que l'export, c'est vital pour les Hélvètes. Et en particulier les exportations de biens industriels, comme la mécanique de précision. La Suisse est l'un des pays développés où la part de l'industrie dans l'économie est la plus élevée.

La compétitivité économique, c'est presque une cause nationale en Suisse

François Lenglet
Partager la citation
À lire aussi
Photo aérienne de Genève, où le salaire minimum va passer à 4.000 euros par mois économie
Suisse : le salaire minimum passe à 3.700 euros dans le canton de Genève

Personne ne se plaint de cette augmentation des cadences ? Il y a bien le syndicat Employés suisses qui grommelle, en expliquant que les mesures prises sont plus brutales que l'appréciation de la monnaie, et que cela ne lui semble pas justifié. La ville d'Uzwill a aussi provoqué un vrai débat sur le temps de travail des fonctionnaires.

En principe ces 45 heures suisses, c'est une mesure temporaire. C'est toute la force du modèle social suisse, qui ressemble d'ailleurs à celui de l'Autriche et de l'Allemagne : c'est la souplesse. Quand la monnaie s'apprécie, c'est tout le reste qui bouge - l'organisation du travail, le temps de travail, les salaires - pour préserver les ventes à l'étranger et l'emploi. Et à l'inverse quand ça marche, il y a une redistribution importante aux salariés.

L'histoire de la queue du chien

Cette souplesse et cette aptitude au compromis social helvétique dépassent l'économie et les économistes. C'est culturel, c'est l'histoire, les traditions. Cela marche en Europe du Nord, souvent les pays de culture protestante, et pas en Europe du Sud, souvent dans les pays de culture catholique.

En France, par exemple, nous avons beaucoup de difficultés à pratiquer cette souplesse. Nous avons bloqué le taux de change, avec l'union monétaire européenne. En bonne logique, il aurait fallu de la souplesse sur le marché du travail, pour compenser. Si on fixe le taux de change, il faut de la flexibilité dans l'économie.

L'aptitude au compromis social helvétique dépassent l'économie et les économistes

François Lenglet
Partager la citation

On peut très bien avoir un marché du travail rigide. Mais dans ce cas-là, il faut pouvoir dévaluer pour restaurer la compétitivité. Donc pas d'union monétaire. Sinon, c'est la croissance en berne et chômage qui monte. C'est exactement ce qui arrive en France, et pas en Suisse ni en Allemagne.

La France et l'euro, c'est l'histoire de la queue du chien. Un chien, ça remue la queue. Si ça vous énerve, vous pouvez tenter de la bloquer en la tenant avec les mains. Mais c'est tout le corps du chien qui bouge à ce moment-là. L'euro ne supprime pas les mouvements. Il les répercute dans l'économie réelle des pays rigides, sous la forme d'une croissance moindre.

RTL vous recommande
Lire la suite
Suisse Entreprises Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants