1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Trains intercités : Bordeaux, Toulouse, Nice... Ces lignes qui pourraient disparaître
1 min de lecture

Trains intercités : Bordeaux, Toulouse, Nice... Ces lignes qui pourraient disparaître

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Une commission a réfléchi aux moyens d'améliorer les trains intercités, fortement déficitaires.

Un train intercités, gare Saint-Lazare
Un train intercités, gare Saint-Lazare
Crédit : JEAN AYISSI / AFP
Trains intercités : ce que prévoit le rapport présenté au gouvernement
01:01
Éric Vagnier & La rédaction numérique de RTL

Trop vieux, pas assez fréquentés (environ 100.000 voyageurs par jour) et victime de la concurrence des TGV, des TER et, bientôt, des cars, les trains intercités posent problème. Un rapport doit être remis au gouvernement, ce mardi 26 mai, afin de proposer des solutions, le service accusant 340 millions d'euros de déficit en 2014, soit 100 millions d'euros de plus qu'il y a quatre ans.

Ce rapport prévoit notamment d'en faire moins mais mieux, avec un minimum d'arrêts intermédiaires pour aller plus vite. Les trajets Paris-Rouen-Le Havre pourraient, par exemple, voir leur nombre d'aller-retour passer de 13 à 7 et les gares de Creil et Mantes pourraient ne plus être desservies dans le cadre des lignes Paris-Amiens et Paris-Rouen.

Des lignes menacées

Des correspondances plus pratiques et du matériel neuf pour plus de confort sont également préconisés. Il faudra faire du tri pour transformer les distances courtes en TER et les axes les moins fréquentés par des lignes d'autocars. Un appel d'offres pour délégation de service public pourrait également être organisé pour récupérer les lignes que la SNCF ne veut plus gérer. Cette ouverture à la concurrence est d'ores et déjà prévue pour 2019. Le calendrier pourrait donc être avancé.
Certaines lignes sont donc vouées à disparaître. Le rapport préconise la fin des liaisons nocturnes Paris-Hendaye (Pyrénées-Atlantiques), Paris-Côte Vermeille (Pyrénées-Orientales), Paris Savoie et Nord-Est-Méditerranée. D'autres trajets sont cités comme des suppressions à envisager, à cause de la concurrence (Toulouse-Hendaye, Caen-Le Mans-Tours, Clermont-Ferrand-Béziers, Hirson-Metz, Nantes-Quimper) ou de leur manque de rentabilité (Bordeaux-Nice, Lyon-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse). Certaines lignes considérées comme présentant un fort potentiel pourraient, elles, être renforcées. C'est le cas de Paris-Caen et Paris-Limoges-Toulouse.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/