3 min de lecture Automobile

Phares automobiles : à quoi ressemblera l'éclairage de demain ?

Ce dimanche 25 octobre, Christophe Bourroux s'intéresse aux phares avant de nos véhicules et à leurs éclairages toujours plus sophistiqués.

Micro générique Switch 245x300 Auto-Radio Christophe Bourroux iTunes RSS
>
Phares automobiles : à quoi ressemblera l'éclairage de demain ? Crédit Image : LANCELOT FREDERIC/SIPA | Durée : | Date :
La page de l'émission
Christophe Bourroux
Christophe Bourroux Journaliste RTL

Tandis que la France vient de changer d'heure, intéressons-nous ce dimanche à l'éclairage. À l'heure on l'on parle d'éclairage intelligent, le temps des phares jaunes semble bien loin. Nos voitures sont désormais capables de voir à des centaines de mètres, de repérer les animaux la nuit et bientôt de projeter aux sols des informations pour prévenir les piétons. Une vraie révolution qui va presque rendre nos nuits plus belles que nos jours.

Pour parler de cet éclairage du futur et nous dévoiler ce qui nous attend dans les prochaines années, l'un des meilleurs experts au monde : Guillaume Devauchelle. Le responsable de la recherche et de l'innovation chez Valéo affirme que l'entreprise "équipe une voiture sur cinq dans le monde, c'est-à-dire une vingtaine de millions de voitures chaque année", soit 40 millions de phares, sans compter les feux arrières. 

Avant de nous plonger dans l'éclairage du futur, arrêtons-nous un instant sur une question que se pose beaucoup d'entre nous : pourquoi les voitures françaises ont pendant des années utilisées des phares jaunes ? En effet, les phares jaunes étaient une exception française qui a perduré jusque dans les années 90. Cette couleur de phare est restée obligatoire jusqu'en janvier 1993 où l'harmonisation européenne a imposé les phares blancs à tous les véhicules.

Quelle couleur de phares est la plus confortable pour les yeux ?

Et si nous étions les seuls au monde à avoir des phares jaunes, c'est parce que le 3 novembre 1936, la France a imposé le jaune en réponse à une demande des militaires. Ce point est en réalité resté secret défense. Même si la théorie veut que les militaires de l'époque souhaitaient que l'on puisse distinguer sur les routes les véhicules français des véhicules allemands notamment. En revanche ce qui est sûr, c'est que les savants de l'époque ont publié un rapport sur les qualités de cette luminosité douce. Ils pensaient que le jaune était en effet moins éblouissant que le blanc en vigueur dans les autres pays.

À lire aussi
Une Porsche Panamera, exposée lors du Salon de l'Automobile à Shanghai, le 19 avril 2017. faits divers
Drôme : un chef d'entreprise intercepté à 273 km/h à bord d'une Porsche

Seulement, si les phares français sont passés de jaunes à blanc il y a maintenant 27 ans, il est tout de même encore possible de rouler avec des phares jaunes aujourd'hui, particulièrement les voitures de collection. Par ailleurs, le code de la route n'interdit pas formellement l'utilisation de phares jaunes. L’article R-313 stipule que "tout véhicule à moteur doit être muni à l'avant de deux ou de quatre feux de route émettant vers l'avant une lumière jaune ou blanche permettant d'éclairer efficacement la route la nuit, par temps clair, sur une distance minimale de 100 mètres ".

Toutefois, pour Guillaume Devauchelle, revenir au jaune ne serait pas une bonne idée : "Les savants d'aujourd'hui ont un autre avis et trouvent que la température la plus agréable, c'est celle du soleil. C'est donc le blanc absolu qui est le plus reposant, tout simplement parce que vos yeux sont faits pour la température du soleil. Aujourd'hui, au contraire on essaie de limiter le bleu qui serait un peu fatiguant pour les yeux. On va donc vers des blancs qu'on appelle chauds, par rapport aux blancs froids qui comportent plus de bleu", explique de patron de la recherche et de l'innovation chez Valéo.

Qu'est-ce que l'éclairage du futur ?

En effet, aujourd'hui l'éclairage est devenu hyper sophistiqué. On arrive notamment sur les nouveaux modèles à repérer la nuit des piétons, des cyclistes des animaux sur les côtés de la route. "On bénéficie d'un équipements qui existe déjà, pour des raisons de sécurité : les caméras, qui permettent de comprendre le contexte. L'éclairage se transforme progressivement en une mise en scène qui vous aide à comprendre ce qu'il se passe à l'extérieur", explique Guillaume Devauchelle.

Le spécialiste précise que cela est possible grâce à la caméra qui "est capable de classifier des objets et de pointer ceux qui sont potentiellement dangereux pour vous : le piéton qui s'apprête à traverser, l'animal dont le comportement est incertain ou simplement des panneaux qui seraient trop réfléchissants, donc où il faut atténuer la lumière, ou au contraire trop sales et où il faut donc éclairer plus". 

L'intégralité de cet entretien est à retrouver sur RTL.fr...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Automobile Conducteur Sécurité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants