1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Nouveau contrôle technique : démêlons le vrai du faux
1 min de lecture

Nouveau contrôle technique : démêlons le vrai du faux

Points de contrôle multipliés par deux, délai maximum de 24 heures pour effectuer les réparations... Le point sur les inquiétudes des automobilistes face au nouveau contrôle technique.

Un garagiste effectuant la révision d'un véhicule
Un garagiste effectuant la révision d'un véhicule
Crédit : SIPA
Nouveau contrôle technique : démêlons le vrai du faux
00:05:35
Christophe Bourroux

Plus long, plus cher, plus contraignant. Dès ce dimanche 20 mai, le contrôle technique - mis en place en 1992 - sera bien plus sévère. On entend un peu tout et son contraire à son sujet. RTL a tenté de démêler le vrai du faux

Non, les points de contrôle ne vont pas doubler. On passe de 123 à 134 points contrôlés. En revanche, ils vont êtres classés en trois catégories. La première est ce qu'on appelle les défaillances mineures, comme une légère fuite sur le moteur. Dans ce cas, vous devez réparer votre véhicule, mais vous n'avez pas de contre-visite à faire. Ensuite, il y a les défaillances majeures, comme un frein abîmé ou une ampoule grillée. Dans ces cas, une contre-visite est obligatoire. 

La troisième catégorie concerne les défaillances critiques, qui peuvent mettre en danger la sécurité du conducteur. Il s'agit par exemples de plaquettes de freins absentes ou complètement usées, d'ancrages de ceintures de sécurité arrachés, de roues mal fixées…

24 heures pour effectuer les réparations : vrai... et faux

En cas de grosse défaillance, le contrôleur collera une vignette sur le pare-brise de votre auto, et vous n'aurez le droit de circuler que le jour même pour filer chez votre garagiste. Vous n'aurez en effet que 24 heures pour réparer, sous peine d'un PV de 135 euros, voire plus car les forces de l’ordre ont également la possibilité d'immobiliser le véhicule. En revanche, si et seulement si vous ne roulez pas avec votre voiture, vous aurez toujours deux mois pour faire les réparations

Le nombre de contre-visites risque d'exploser : vrai

À écouter aussi

L'an dernier, cela concernait grosso modo un peu moins de deux voitures sur dix contrôlées. Maintenant on parle de quatre voitures sur dix qui devront passer une contre-visite. Sans compter le temps de contrôle qui va s'allonger, synonyme d'une visite plus chère. Les tarifs devraient grimper de 15 à 20 %, sachant qu'aujourd'hui une visite coûte en moyenne 65 euros.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.