1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Le déficit commercial français, un boulet pour l'ensemble de l'économie
2 min de lecture

Le déficit commercial français, un boulet pour l'ensemble de l'économie

ÉDITO - Une fausse bonne nouvelle du côté du commerce extérieur : le déficit s'est légèrement redressé depuis le début de l'année. Ce n'est pas forcément un signal positif pour notre économie.

Des conteneurs au port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, en avril 2008
Des conteneurs au port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, en avril 2008
Crédit : RTL / Archives, Franck Perry
Le déficit commercial français, un boulet pour l'ensemble de l'économie
03:22
Loïc Farge
Loïc Farge

Les chiffres du commerce extérieur français sont, en effet, légèrement moins préoccupants. Le déficit, depuis le début de l'année, s'élève à 10,6 milliards d'euros, contre 13,5 pour la même période de l'an dernier. Mais ce sont de faux amis.

Cette amélioration marginale est essentiellement le résultat d'un recul de nos achats de matériels électriques, de télécommunications, de produits chimiques et d'approvisionnement en pièces détachées pour l'aéronautique. Sur le fond, rien n'indique que les produits "made in France" sont à la conquête de nouveaux marchés internationaux.

Les fabrications et les services français ne sont pas compétitifs. L'affaire n'est pas nouvelle. Depuis vingt ans, le déficit permanent de notre commerce extérieur entrave et pénalise l'ensemble de notre économie.


Les analystes de Xerfi considèrent que les déséquilibres de nos échanges commerciaux nous ont coûté plus de six points de croissance depuis 1998. Lourd de conséquences en termes d'emplois et de pouvoir d'achat. Un handicap majeur qui n'est curieusement jamais à la une des agendas politiques.

Des méthodes pour redresser la barre

À lire aussi

Pourquoi cette omerta ? Parce que c'est un révélateur de nos faiblesses et que l'on n'aime pas parler de ce qui fâche. La première de ces faiblesses c'est le coût du travail. Difficile à croire en consultant les fiche de paye, mais à 37,1 euros de l'heure nous sommes la plus chère des grandes économies européennes. Impossible à ce tarif de lutter contre l'Italie et l'Espagne, qui font les mêmes produits mais moins chers.

La deuxième faiblesse c'est notre positionnement globalement moyenne gamme. Impossible dans ces conditions de lutter contre le "made In Germany". Enfin, troisième fragilité : la faiblesse de notre déploiement à l'exportation. Quand sur les marchés internationaux on dénombre 100 compétiteurs tricolores, on en compte 171 italiens et 265 allemands.

On peut espérer redresser la barre, mais en surmontant nos handicaps structurels : la formation de nos dirigeants (combien d'entre eux parlent des langues étrangères ?), la faiblesse de l'investissement dans l'innovation et de la prise de risque, et enfin des coûts plus compétitifs (c'est-à-dire des impôts, charges, taxes qui pèsent moins lourd sur notre appareil économique).

C'est à ces conditions que notre décrochage commercial cessera d'être un boulet pour l'ensemble de notre économie.

Les plus

- L'Arabie saoudite, qui n'est que notre vingt-et-unième marché d'exportation, ne signera pas de gros contrats commerciaux lors de la visite de son dirigeant en France.

- La France compte une borne de recharge pour 6,8 véhicules électriques. C'est assez satisfaisant, mais il y a encore trop de zones blanches.

La note du jour

14/20 à la plateforme LeCiseau.fr, qui propose aux salons de coiffure des réservations aux heures creuses pour un tarif à moitié prix pour le client.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/