2 min de lecture Consommation

La cuisine se transmet aussi par le père et le conjoint

REPLAY / INFO RTL - La transmission culinaire n'est pas seulement une histoire de mère ou de grand-mère, comme l'indique une enquête de l'Observatoire de la cuisine populaire.

>
La cuisine se transmet aussi par le père et le conjoint Crédit Image : Thinkstock | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date :
Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

Les secrets des bons petits plats se transmettent souvent de mère en fille. Mais une enquête Ifop pour l'Observatoire des cuisines populaires, que RTL vous a dévoilé mercredi 4 février, le conjoint et le père jouent aussi un rôle très important dans la cuisine.

Quand on leur demande avec qui elles ont appris à cuisiner, trois personnes sur quatre répondent avec leur mère, leur père, leur grand-mère, leur conjoint ou leurs amis.
Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à cuisiner tous les jours
(64% contre 51%). Les hommes sont aussi plus nombreux à dire qu'ils n'aiment pas cuisiner (15% contre 11% des femmes). Cela dit, ils sont loin d'être absents de la cuisine.
Messieurs, vous influez sur le choix des recettes et sur le goût. Vous achetez les produits que vous aimez bien, et vous nous faîtes découvrir des petits plats qu'on n'avait pas forcément coutume de manger avant de vous rencontrer.

Plaisir et fierté

La cuisine reste une source de détente et de loisir. Cuisiner tous les jours peut parfois sembler être une corvée ou une nécessité. Pourtant, 87% des Français disent qu'ils aiment bien faire la cuisine. Cela demeure un vrai plaisir.

Ensuite, un repas ça se partage. Même quand on le prépare, on pense à ses amis et sa famille. On le mitonne pour qu'ils apprécient. Un repas, c'est aussi une découverte et une curiosité, même quand on est tout seul. Quand on se fait un bon petit plat, on est fier de soi. On ronronne, on se régale.

À lire aussi
Les Galeries Lafayette, le 28 novembre 2020 à Paris. consommation
Commerces : un bilan mitigé pour le premier week-end de réouverture

En France, on reste autant attaché à la transmission culinaire car on veut manger sainement. On aime également apprendre, pour transmettre à notre tour. On se veut des "passeurs de savoirs" : c'est un sociologue, Thibaut de Saint-Pol, qui le dit. Il a repéré que pour les hommes, savoir cuisinier c'est aussi perçu comme une forme de liberté et d'indépendance. Du genre : "Je peux me débrouiller tout seul et faire à ma façon".

Même si les hommes adorent partager, du genre : "Tiens, c'est toi qui épluches, et moi je m'occupe du four !" Mais oui, on connaît.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Famille Cuisiner
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants