1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. L'Arabie Saoudite en déficit en raison du prix du pétrole
2 min de lecture

L'Arabie Saoudite en déficit en raison du prix du pétrole

REPLAY - Pour la première fois, l'Arabie Saoudite affiche un déficit pour cette année et l'année prochaine.

Le drapeau de l'Arabie saoudite (illustration).
Le drapeau de l'Arabie saoudite (illustration).
Crédit : FAYEZ NURELDINE / AFP
L'Arabie Saoudite en déficit en raison du prix du pétrole
03:09
L'Arabie Saoudite en déficit en raison du prix du pétrole
03:12
Bénédicte Tassart

L'Arabie Saoudite : une pétromonarchie, première économie arabe, premier exportateur de pétrole au monde et pourtant, l'Arabie Saoudite est elle aussi est dans le rouge. 80 milliards d'euros de déficit en 2016, c'est plus que notre déficit à nous Français. Mais attention, la comparaison s'arrête là parce que Ryad, pour rectifier ses comptes, puise dans sa cagnotte. Une réserve composée de 667 milliards d'euros, engrangés quand le prix du pétrole était à son plus haut niveau, donc pas d’inquiétude à court terme pour les Saoudiens, ils ont encore plein d'argent.

Un déficit dû à la chute du prix du pétrole... baissé volontairement

En juin 2014, le baril se vendait 115 euros, lundi 28 décembre, il était affiché à 37 euros et cette glissade n'est peut-être pas finie. Goldman Sachs prévoit à terme un baril à près de 18 euros alors ça fait mal pour un pays dont 80% des revenus proviennent du pétrole.

Mais le plus étonnant, c'est que c'est l'Arabie Saoudite elle-même qui a volontairement fait chuter les prix du pétrole, en maintenant une production élevée. La stratégie c'est de tenir le plus longtemps possible avec un baril pas cher, pour faire tomber les concurrents américains, qui produisent eux depuis quelques années du gaz et du pétrole de schiste. On affaiblit les Américains et on tient le temps qu'il faudra jusqu'à ce que ces derniers ne meurent. Cela dit, attention préviennent les analystes et le FMI : l'Arabie Saoudite doit quand même prévoir l'avenir.

La facture est lourde

Les réserves d'argent, même si elles sont énormes, commencent à s'épuiser à un rythme rapide et puis le tout pétrole ce n'est pas bon pour un pays. Alors les décisions ont été immédiates, lundi, premier choix : l'économie va se diversifier. Et dans un second temps : on arrête d'arroser de subventions les Saoudiens.

À lire aussi

De l'argent distribué à tour de bras pendant le printemps arabe pour calmer les envies de révolte, et aussi à l’avènement du nouveau roi en début 2015 : ainsi et bien les fonctionnaires ont obtenu deux mois de salaires de bonus. Les logements, l'eau, l’électricité sont payées en grande partie par l'État, pas par les habitants. Un litre d'essence là-bas coûtait jusqu'à lundi 28 décembre moins de 14 centimes d'euros à l'automobiliste. Lundi le tarif a été réévalué de plus de 60%.

Le pays pense à l'après pétrole mais tout doucement avec un plan sur cinq ans : on va construire dans le désert une usine de production de voitures, on va investir dans les hôpitaux, la santé... Une réorientation très très lente qui ne rassure pas les économistes. 

Le bloc notes

Le livret A en panne mais pas l'assurance-vie cartonne avec une collecte sur les onze premiers mois de l'année de près de trois milliards d'euros. Les épargnants versent de l'argent sur leur contrat avec des rendements de 2,5% en moyenne. À noter une tendance vers les produits les plus risqués. 

La note du jour

13 sur 20 à ces élus qui tentent de remettre le temps de travail à 35 heures par semaine : 1.500 collectivités travaillent moins que ça comme à Brive, à La Rochelle, à Morlaix, les négociations sont en cours.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/