2 min de lecture Économie

Kraft Heinz, le géant du ketchup, dans la tourmente

ÉDITO - Le roi du ketchup, le géant américain Heinz, est au bord de l'effondrement. La marque est tuée, ou presque, par les réductions des coûts imposées par son actionnaire.

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau iTunes RSS
>
Kraft Heinz, le géant du ketchup, dans la tourmente Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Ce n'est pas une situation si surprenante. Heinz, c'est la 5e puissance de l’agroalimentaire mondial. Enfin c'était... Le groupe, désormais associé avec Kraft, affiche une perte de 10 milliards de dollars en 2018, une énorme saignée. Et pour faire encore plus couleur Ketchup, la valeur de l'entreprise en bourse s'est consommée de 16 milliards en une séance, après que le titre a déjà été massacré par deux en 24 mois. 

Et cette situation, c'est le résultat d'un mode de gestion que j'appelle personnellement le hachoir brésilien. Ce modèle, que les techniciens appellent le "budget base zéro", consiste à passer tous les départements d'une entreprise à la moulinette pour en tirer le jus jusqu'à la dernière goutte et sans prendre en compte les projets, les réussites ou les contraintes en cours. 

La chute inévitable

La chute de Kraft-Heinz, c'est le résultat de ces pratiques. Ce modèle de gestion, le 3G, initialement créé par des équipes brésiliennes est horriblement simple : on rachète une entreprise et on tond la bête jusqu'à l'os quitte à affamer le troupeau. 

Dans le cas de Kraft-Heinz, le rapprochement de 2 entreprise en bonne santé, cela s'est immédiatement traduit par la fermeture de 6 usines, la suppression de 5.000 postes et des coupes tous azimuts. Et la pratique est sans limite : pas plus de 100 cartes de visites pour les managers, pas plus de 200 photocopies pour les comptables, ou encore la division par 3 des dépenses de marketing dans un secteur agroalimentaire où la compétition est intense.

À lire aussi
Des meules de parmesan (illustration) banque
La Deutsche Bank accorde un prêt de 27,5 millions d'euros garanti en parmesan

Résultat : le troupeau, qui a été furieusement rentable les trois premières années, ne tient plus sur ses pattes aujourd'hui.

Ce géant a-t-il des chances de se relever ?

Ce ne sera pas facile. La gestion par la seule réduction des coûts à l'extrême a une force : elle offre une rentabilité rapide. Et une faiblesse mortelle : elle ne développe ni vision pour l’entreprise, ni projet sectoriel et encore moins d'intérêt pour les collaborateurs. 

Pour ces derniers, l'emploi passe par 3 questions : qu'est-ce que vous apportez à l'entreprise ? Est-ce que cela va doper les ventes ? Avez-vous des idées pour être plus rentable ? Si les réponses ne sont pas assez percutantes : dehors. Ce modèle 3G très rudimentaire montre toutes ses limites. Le drame, c'est qu'il a encore des adeptes.

Les plus

- La Pologne va rejoindre le projet franco-allemand de batteries pour véhicules électriques.

- La bataille pour la contrôle de l'Aéroport de Toulouse est en train de s'intensifier : les syndicats veulent désormais un séquestre sur les actions des investisseurs chinois.

La note du jour

8/20 à Warren Buffet. L'homme d'affaires de 88 ans, icône des épargnants américains, qui a été l'homme le plus riche du monde pendant très longtemps, a complètement raté son année 2018. Il n'a gagné "que" 4 milliards de dollars, contre 44 milliards en 2017.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Vidéo Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants