1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Immobilier : pourquoi une hausse des taux de crédits est-elle à prévoir ?
3 min de lecture

Immobilier : pourquoi une hausse des taux de crédits est-elle à prévoir ?

Depuis plusieurs mois, les banques remontent leur taux sur les crédits immobiliers. Et cela ne semble pas prêt de s'arrêter.

La signature d'un crédit bancaire (illustration)
La signature d'un crédit bancaire (illustration)
Crédit : DR
Vers une hausse des crédits immobiliers en 2022
04:03
Vers une hausse des crédits immobiliers en 2022
04:03
Martial You

Plusieurs analyses de courtiers vont sortir aujourd'hui et les experts nous annoncent une hausse probable des taux de crédits immobiliers dans les prochains mois. Et c'est un mouvement qui est observé depuis deux mois et qui risque de s'installer à partir de janvier. Une remontée des taux de 0,25 points

Autrement dit, début 2022, il devrait y avoir en moyenne un crédit immobilier à 1,25-1,30% sur 20 ans au lieu de 1,05% en ce moment. Concrètement, selon le courtier VousFinancer, en empruntant 200.000 euros (c'est à peu près la moyenne des dossiers), cela coûtera 22 euros de plus par mois. 

 
Pour l'instant, c'est une hausse qui est supportable sur un projet immobilier. Cela ramène alors au niveau de début 2020. Mais ça reste historiquement assez bas, puisqu'on était à 0,85% en moyenne en septembre dernier. Il y a donc une tendance de fond à la Remontada et on n'avait pas connu ça depuis longtemps.

Une possibilité de récupérer cet argent

Mais il sera possible de récupérer cette somme en changeant d'assurance-emprunteur, c'est l'assurance de votre prêt pour laquelle vous devez remplir un questionnaire de santé. 

À écouter aussi

Sauf au Crédit Mutuel CIC comme cela avait été annoncé sur RTL, il y a un mois. Un texte est en train d'être voté au parlement qui vous permettra de résilier l'assurance de votre banquier (sur laquelle il faisait souvent de la marge) au profit d'une assurance moins cher. Les 22 euros mensuels seront donc assez facile à récupérer.

Pourquoi cela repart à la hausse ?

Les banques anticipent des durcissements des règles. À partir de janvier, si elles ne respectent pas les critères, elles pourront avoir des sanctions financières. Les critères sont pas plus de 35% d'endettement et pas plus de 25 ans pour la durée du prêt. Les banques prennent donc des précautions. Elles ont tendance à augmenter un peu leurs taux pour couvrir les risques d'amendes. Pour l'instant, c'est raisonnable car les banques sont encore prêtes à faire des efforts pour capter des clients grâce aux prêts immobiliers.
 
Mais ne remontée durable des taux va pénaliser les petits budgets. Aujourd'hui, le marché immobilier est saturé. En deux ans, les prix des villes moyennes ont flambé : +57% à Rennes, +31% à Angers, +34% à Vannes, +35% à Bayonne, +31% à Aix en Provence.
Évidemment, si les prix augmentent, qu'il faut un apport personnel et que les taux d'emprunts sont en hausse, tous les primo-accédants et les petits budget vont sortir du marché.

Pourquoi une telle flambée ?

On veut tous la même chose, au même moment. Donc il n'y a pas assez de biens disponibles et les prix s'envolent. On veut une maison avec jardin ou un appartement avec une pièce de plus et un balcon-terrasse. Et il faut aussi le TGV à côté. Ajoutez à ça, les pénuries de main d'œuvre et de matériaux dans le bâtiments qui font prendre du retard aux chantiers sur l'immobilier neuf. Et il y a aussi l'ascenseur des prix fourni avec l'appartement

Une hausse des taux d'intérêts sur les prêts qui pourrait s'installer dans le temps

 Toutefois, la hausse des taux d'intérêts sur les prêts pourrait bien s'installer dans le temps. Et ce, pour une raison : l'inflation. Mardi 30 novembre, Jay Powell, le patron de la banque fédérale américaine qui gère le dollar a dit qu'on n'était plus dans une inflation "transitoire".

Autrement dit, il va y avoir une hausse des prix qui va durer des mois. Actuellement, l'inflation aux États-Unis est à 6,2%. En Europe à 5% et en France à 2,8%. Or, le travail des banquiers centraux (la Fed aux Etats-Unis et la Banque Centrale en Europe), c'est d'empêcher que l'inflation ne dépasse durablement les 2%.

Et pour faire redescendre, les banquiers centraux, en général, augmentent les taux d'intérêts et ça se retrouve sur nos prêts immobiliers. Donc on est potentiellement dans un scénario de hausse des taux durable.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/