1 min de lecture Sécurité sociale

Il est de plus en plus difficile de travailler au noir en France

REPLAY - La Sécurité sociale a lancé une étude pour estimer le coût du travail au noir en France. La fraude aux entreprises s'élève à près de 7 milliards d'euros, mais le nombre de redressements n'a jamais été aussi important.

>
Il est de plus en plus difficile de travailler au noir en France Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date :
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
Journaliste RTL

La Cour des comptes avait estimé que le travail au noir représentait une perte de 20 milliards d'euros pour les prélèvements sociaux, l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (ACOSS) a revu ce chiffre à la baisse en le réévaluant à 7 milliards d'euros. Cette étude dévoilée par les Échos montre qu'il est de plus en plus difficile de passer entre les mailles du filet quand on est une entreprise qui ne paie pas ses cotisations sociales. Les redressements ont augmenté de 13 % l'année dernière. 

Les contrôles deviennent très efficaces en France grâce au croisement des données entre les Urssaf, l'inspection du travail, le fisc et l'office de lutte contre le travail illégal. Au total, on estime que le montant des cotisations chômage, retraites complémentaires, maladies non payées se montent à 6, voire 7 milliards et demi d'euros. Ce manque à gagner est énorme, mais relativisons, c'est 2% seulement du montant total des prélèvements.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité sociale Travail Emploi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants