2 min de lecture Cinéma

Frédéric de Ravignan, ingénieur du son, n'est jamais blasé par son métier

Frédéric de Ravignan se destinait à la radio, il a découvert le cinéma à l'école Louis Lumière de Lyon. Depuis 20 ans, il est ingénieur du son et a la chance d'être très sollicité.

micro generique Mon métier, ma passion Armelle Levy iTunes RSS
>
Frédéric de Ravignan, ingénieur du son, n'est jamais blasé par son métier Crédit Image : DR | Crédit Média : Marie-Bénédicte Allaire | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire Journaliste RTL

Frédéric de Ravignan est ingénieur du son. Il travaille essentiellement pour le cinéma et la télévision et réalise la captation sonore sur les plateaux de tournage. Depuis 20 ans, Frédéric vit avec son casque sur les oreilles. Présence essentielle, il doit pourtant se faire oublier des acteurs du film. "On est à la fois près et loin. Il faut savoir être discret quand il y a des moments de concentration, de grand rythme, ou d’intensité, explique-t-il. Il faut être présent quand il y a un souci". L’expérience vécue avec les acteurs est une des raisons qui l’ont conduit à délaisser le documentaire, pour lequel il a beaucoup travaillé à ses débuts, afin de se consacrer à la fiction. 

Les acteurs, dit-il "c’est une super pâte, une matière qu’il faut apprendre à connaître". Il ne suffit pas en effet de connaitre le scénario du film, "il faut aussi accompagner les acteurs, essayer de les comprendre, les aider à dire leur texte, à s’exprimer, à être au mieux, à se lâcher". Frédéric a la chance de travailler beaucoup et de varier les genres, du film d’auteur au film grand public comme par exemple Jappeloup, de Guillaume Canet, où les chevaux occupent une grande place. "Il y avait de l’argent sur ce film, donc des possibilités d’inventer et d’essayer des choses. Ça c’était rigolo", se souvient-il. Ce qui lui a permis de "pouvoir tester des systèmes de prise de son sur les chevaux pour aller choper leur souffle, leur pas, essayer de décortiquer ce que c’est que le son d’un cheval qui saute un obstacle à 1m60, l’appel du cheval, la réception sur le sol. C’est assez étonnant et il y a plein de choses à aller chercher", ajoute-t-il.


Cette variété d’expériences permet à Frédéric de ne jamais être blasé. Il a eu l’opportunité rare de se rendre près de Tchernobyl pour un long métrage. L’hiver  dernier, il a vécu plusieurs mois dans la forêt guyanaise pour une série de Canal +. "Aller s’immerger pendant plus de deux mois dans une forêt assez sauvage, c’est étonnant. Et là encore, c’est rencontrer des sons ou des ambiances, essayer de s’ouvrir un peu plus les oreilles et de capter tout ça, d’en faire profiter un peu plus les autres", souligne Frédéric. Mais il y a aussi des périodes creuses dans la vie d’un professionnel du cinéma et quand on ne travaille pas, il faut avoir de solides appuis. "J’ai moi-même des creux, des hauts, des bas, c’est la vie d’intermittent. Il faut surtout ne pas trop se remettre en question quand on ne bosse pas. La roue tourne et on finit toujours pas retrouver du boulot… C’est sûr que le métier d’intermittent est génial quand on bosse", conclut Frédéric.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants