1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Épidémie de chikungunya : nouvelles mesures en Outre-mer
2 min de lecture

Épidémie de chikungunya : nouvelles mesures en Outre-mer

Alors que plus de 90.000 personnes ont déjà été infectées par le virus du chikungunya, de nouvelles mesures sanitaires ont été annoncées.

La Polynésie française est passée au stade épidémique du chikungunya.. (illustration).
La Polynésie française est passée au stade épidémique du chikungunya.. (illustration).
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les ministères de la Santé, de l'Intérieur et des Outre-Mer ont annoncé de nouvelles mesures de prévention et de lutte contre la propagation de l'épidémie de chikungunya, ce dimanche 29 juin, alors que plus de 90.000 personnes ont déjà été infectées.

Selon le point publié ce dimanche par le gouvernement, plus de 46.000 cas ont été recensés en Guadeloupe (près de 3.500 sur l'île de Saint-Martin, 650 à Saint-Barthélémy), plus de 40.000 en Martinique. 470 cas ont été comptabilisés en Guyane, dont 30% de cas importés.

Le Chikungunya a tué 22 personnes

Plus de 22 personnes infectées par le virus sont décédées "sans que l'on puisse imputer la responsabilité de leur décès au seul virus du chikungunya", souligne le communiqué interministériel.

Les acteurs nationaux et locaux ont donc décidé de renforcer leur mobilisation. Les populations sont appelées à détruire les gîtes larvaires près des habitations en plus des opérations "coups de poing" menées par les autorités.

À lire aussi

Le ministère de l'Intérieur a envoyé une mission d'appui de la Sécurité civile pour anticiper et planifier une action d'ampleur. Une quarantaine de sapeurs-pompiers et de militaires de la sécurité civile de métropole "sont prêts à être engagés dès le mois de juillet", précise le communiqué.

Le pic de l'épidémie pas encore atteint

Le pic de l'épidémie n'a pas encore été atteint, rappelait jeudi la ministre de la Santé Marisol Touraine qui annonçait un renforcement de la mobilisation pour lutter contre les risques accrus de propagation de l'épidémie avec l'arrivée de la saison de pluies qui va favoriser la multiplication des moustiques véhiculant le virus.

"Des contrats aidés ont été financés ainsi que des volontaires du service civique" pour assurer également des action de prévention et de lutte anti-vectorielle, selon le communiqué de ce dimanche. Une opération d'enlèvement des épaves de voitures qui renferment souvent de l'eau stagnante va ainsi être menée et "prise en charge à hauteur de 50% par l'Etat compte tenu du caractère exceptionnel de la situation".

Les médecins libéraux et les établissements hospitaliers s'organisent de leur côté afin qu'en cas d'aggravation de l'épidémie, les autorités puissent "disposer des ressources humaines et matérielles suffisantes".

Le plus souvent bénigne, la maladie peut tuer

Le chikungunya se caractérise par de fortes fièvres, des douleurs articulaires. La dengue, également véhiculée par les piqûres de moustique, présente ces mêmes symptômes. Comme pour la grippe saisonnière, cette maladie peut être fatale pour les personnes affaiblies mais est le plus souvent bénigne.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/