1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Énergie : les opérateurs alternatifs font faillite, et le consommateur pourrait trinquer
1 min de lecture

Énergie : les opérateurs alternatifs font faillite, et le consommateur pourrait trinquer

Alors que le prix du gaz et de l'électricité est actuellement élevé, certains Français choisissent des opérateurs alternatifs. Mais ils pourraient bien faire faillite.

Le prix du gaz va de nouveau augmenter au mois d'octobre (illustration)
Le prix du gaz va de nouveau augmenter au mois d'octobre (illustration)
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Gaz et électricité : les opérateurs alternatifs vont faire faillite
01:27
Martial You - édité par Charlotte Diry

Afin de payer l'électricité et le gaz moins cher, 10 millions de Français, soit un ménage sur trois, ont opté pour des opérateurs alternatifs. Pourtant, cela pose problème puisqu'un certain nombre d'entre eux risquent de ne pas passer l'hiver. C'est donc le consommateur qui risque d'en subir les conséquences

Selon les experts, il y a quatre acteurs qui pourraient faire faillite dans les deux mois. En plus, il faut ajouter ceux qui ont appris au cours des dernières semaines que leur opérateur quittait le secteur. C'est par exemple le cas des clients de Leclerc.

Le principal risque n'est pas une coupure de gaz ou d'électricité car l'acheminement est assuré par Enedis ou GRDF. Mais il y aura un basculement chez un opérateur de secours qui n'est pas forcément connu et qui ne pourra donc pas garantir les tarifs que vous aviez avant.

Autrement dit, la facture risque de flamber selon François Carlier, de la CLCV : "Je ne crois pas une seule seconde à des coupures. Par contre, il peut y avoir une vraie insécurité contractuelle. Vous allez pouvoir être basculé sur un opérateur mais qui sera beaucoup plus cher. Du coup, on s'adresse à des fournisseurs, mais en ce moment, il y a des fournisseurs qui ne prennent plus de nouveaux clients. C'est d'ailleurs pour cette raison que pour les personnes qui recherchent la tranquillité et la sécurité, pour cette année scolaire, il vaut mieux être au tarif réglementé." affirme-t-il.

Il vaut mieux être au tarif réglementé

François Carlier de la CLCV
À lire aussi

Cela concerne quand même plusieurs centaines de milliers de familles. Le régulateur de l'énergie, la CRE, demande alors des mesures d'urgences pour désigner des opérateurs de secours dans les prochaines semaines. Puisque les premières faillites pourraient intervenir avant la fin d'année.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/