1. Accueil
  2. Actu
  3. Eco Conso
  4. Dialogue social : "Est-ce qu'on a besoin de la présence d'un syndicat pour s'organiser ?", s'interroge le président de la CGPME
1 min de lecture

Dialogue social : "Est-ce qu'on a besoin de la présence d'un syndicat pour s'organiser ?", s'interroge le président de la CGPME

REPLAY / INVITÉ RTL - François Asselin, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), prône un "dialogue social serein et non contraint".

François Asselin, le nouveau président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, à Paris le 13 janvier 2015
François Asselin, le nouveau président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, à Paris le 13 janvier 2015
Le représentant des PME ne veut pas d'un dialogue social "contraint"
00:09:28
Julien Absalon
Julien Absalon

Dans la refonte du Code du travail, qui doit être adoptée d'ici l'été 2016 selon Manuel Valls, il sera question de donner plus de libertés pour la négociation dans les entreprises. Mais contrairement à l'accord de travail voté dans l'usine Smart à Hambach, en septembre, ces discussions devront a priori passer par les syndicats. Une contrainte qui ne convient pas au président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), qui préférerait plutôt que les dirigeants consultent directement les salariés. "Ce que nous prônons, c'est un dialogue social serein et non contraint. [...] Laissons aux acteurs de terrain la possibilité d'organiser entre eux leur propre activité", réclame François Asselin au micro de RTL.

S'il se défend de vouloir "la loi de la jungle", le représentant des entrepreneurs estime que la légitimité des syndicats dans les petites entreprises n'est pas bien grande et qu'ils sont peu enclins au consensus. "Les syndicats sont très peu présents dans les PME. Si vous voulez qu'un accord se signe avec la présence d'un syndicat, malheureusement le résultat nous le connaissons d'avance : il n'y aura pas d'accord signé". Il s'interroge donc : "Est-ce que dans une PME on a besoin de la présence d'un syndicat pour qu'on décide de la façon d'organiser l'activité ?"

Reste que les syndicats ont aussi pour mission de protéger les salariés contre les abus de certains chefs d'entreprise. Mais pour François Asselin, c'est un faux problème : "Sur 1,650 million d'entreprises qui ont au moins un salarié, vous n'avez pas que des patrons indélicats. Vous avez beaucoup de patrons qui, avec leurs salariés, se demandent comment ils vont pouvoir entamer l'année 2016. L'angoisse des uns est souvent l'angoisse des autres".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire