1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Déficit commercial de la France : "La cote d'alerte est dépassée", juge Christian Menanteau
1 min de lecture

Déficit commercial de la France : "La cote d'alerte est dépassée", juge Christian Menanteau

ÉDITO - Le déficit commercial s'est creusé en septembre de 500 millions d'euros pour atteindre 4,7 milliards d'euros. La situation devient préoccupante.

Des conteneurs au port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, en avril 2008
Des conteneurs au port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, en avril 2008
Crédit : RTL / Archives, Franck Perry
Déficit commercial de la France : "La cote d'alerte est dépassée", juge Christian Menanteau
02:26
Déficit commercial de la France : "La cote d'alerte est dépassée", juge Christian Menanteau
02:26
Loïc Farge
Loïc Farge

Les chiffres du commerce extérieur français sont de plus en plus alarmants. On dit la situation préoccupante. C'est le constat a minima. La cote d'alerte est dépassée. Plus de 60 milliards de déficit sur douze mois et des perspectives tout aussi catastrophiques pour l'an prochain. L'état de notre commerce extérieur est clairement le caillou dans la chaussure de la politique économique du gouvernement. Ce déséquilibre (le Trésor public doit financer plus de 5 milliards tous les mois) pèse sur la croissance, réduit les créations d’emplois, affaiblit nos finances publiques et érode notre indépendance nationale.

Le fond du problème est désormais structurel. La faible compétitivité ou l'inadaptation des productions "made in France" sont les causes principales de ce désastre. Chaque fois que la consommation des ménages augmente, les importations bondissent. Chaque fois que les entreprises investissent, les importations de machines et de biens d’équipements explosent. Pour faire court, la reprise économique française fait en priorité le bonheur des entreprises chinoises ou allemandes.

Situation ubuesque

Il n'y a aucun espoir sur ce front à court terme. Nous partons de trop loin. Quand la demande de la France augmente de 30 milliards, les importations bondissent de 20 milliards. C'est une situation ubuesque. À ce rythme, l'économie nationale perd entre 0,3 et 0,5% de croissance.

Face à cette situation critique, le gouvernement s'attelle à une refonte totale de ses outils d'aide à l'exportation. C'est indispensable. Mais ce n'est qu'une petite brique. Le chantier concerne l'ensemble de notre appareil de production, de financement, de formation et de management.

Les plus

À lire aussi

- La privatisation d'Aéroports de Paris est lancée. L'État a choisi ses banques conseils.

- AccorHôtels ferme sa place de marché qui avait été créée pour contrer les Américains Booking et Expedia.

La note

14/20 à ATR. L'avionneur franco-italien, spécialiste des appareils à hélices turbo propulsées, lance un nouvel avion-cargo. Il enregistre déjà une commande ferme de 30 appareils et 20 options.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/