1. Accueil
  2. Actu
  3. Eco Conso
  4. Découvrez le déco truck dans "Maison, Jardin, Cuisine, Brocante"
8 min de lecture

Découvrez le déco truck dans "Maison, Jardin, Cuisine, Brocante"

REPLAY - Au programme du jour : après les food truck, découvrez le déco truck,

Le déco truck
Le déco truck
Crédit : Laetitia Nallet
Maison Jardin Cuisine Brocante du 12 juin 2016
00:12:00
micros
La rédaction numérique de RTL

Une brocante mobile

Vous connaissez Brocante Lab ? C’est un label de mobilier et de de´coration d’occasion, qui propose une plateforme communautaire sur internet pour vendre et acheter des objets et meubles vintage. Depuis le début du mois, cette toute jeune start-up est partie sur les routes de France a` la rencontre de sa communaute´. Et à bord de quoi ? D’un combi van, vintage a` souhait. Direction Nantes et Bordeaux ce week-end, Toulouse et Marseille la semaine prochaine, et pour la dernière étape de ce voyage en brocante : Lyon le week-end prochain. 

Dans chacune de ces villes, Brocante Lab investira la terrasse d'un café ou d'un restaurant avec son univers vintage et organisera de nombreuses animations : ateliers DIY, ateliers photos, jeux de société, jeux concours...le tout dans un décor revisité avec du mobilier vintage. Tous ceux qui seront là pourront s’imprégner de l’ambiance vintage chère à Brocante Lab mais aussi revivre un peu de leur jeunesse grâce à des jeux. Cluedo, Qui Est-ce ? Docteur Maboul... Brocante Lab propose également d’immortaliser l’instant. Souriez, vous êtes photographié.

Dans un tout autre registre, beaucoup moins branché, dans l’Aube, dans le pays d’Othe, on trouve de nombreux objets liés à la viticulture ou à la culture de la pomme. Si vous cherchez des sécateurs anciens, des caisses en bois, de vieux appareils à traitement, vous en trouverez dans les vides greniers qui sont souvent organisés dans les villages. Il faut dire qu’il y a peu de brocanteurs dans l’Aube. Mais il y a quand même Christophe Suarez, qui s’est installé il y a deux ans dans une grange qui appartenait à la famille de sa femme, dans un petit village qui s’appelle Eaux Puiseaux. Un joli village avec de belles maisons en pierres et en bois et de belles forêts tout autour. Son lieu est un incroyable bric à brac d’une centaine de mètres carrés dans lequel on circule avec précaution. Quand il fait beau, il étale une partie de ses trouvailles au soleil dans son jardin. Et il a bon goût Christophe Suarez, il adore les miroirs et le petit mobilier, il a plein de tableaux, de coffres, de vaisselle ancienne. Il laisse la plupart du temps les objets dans leur jus, ses clients préfèrent souvent les reprendre à leur goût ou leur laisser cette patine que laisse le temps.

On peut faire de belles affaires à la brocante Puiseautine, c’est le nom du lieu. Et si vous habitez la région et que vous avez une maison à vider, Christophe débarrasse tout chez vous. C’est comme ça notamment qu’il trouve tous les objets qu’il propose. C’est ouvert tous les jours, de 9H à 19H, 2 rue de la Fontaine. Pour plus de sûreté voici son téléphone : 0629582326.

Cuisine : championnat du monde de pesto

À lire aussi

Il existe un championnat du monde du pesto et tout ce qu’il y a de sérieux. Figurez-vous que les éliminatoires pour désigner le candidat qui représentera la France à Gênes, en 2018, se sont tenus à Paris, le week-end dernier : ce championnat est tout à fait sérieux, il existe depuis une douzaine d’années maintenant, et il est tout simplement destiné à défendre et à promouvoir le véritable pesto alla genovese.

Le basilic ligure, de Gênes, qu’on ne va évidemment pas trouver facilement chez nous, ni le sel de Trapani en Sicile, ni les pignons aux notes de résine, en revanche, ce qui est disponible partout - et c’est ça l’ingrédient numéro un du véritable pesto - c’est l’huile de coude. Avec un mortier on peut faire le pesto à la main. Parce qu’à la main, les parfums, les huiles essentielles, se diffusent plus lentement, et puis la texture finale n’a rien à voir. Au mixeur, vous obtenez un hachis assez rude, alors qu’en utilisant un mortier, le résultat sera plus pommadé, plus délicat. Pourquoi ? Parce que l’intérieur du mortier est légèrement granuleux, et vous allez donc pouvoir écraser lentement vos différents ingrédients. Le verbe "pestare" en italien, qui donne pesto, ça veut tout simplement dire piler.

Dans ce mortier, on y met les ingrédients de base du pesto : de l’ail, du basilic, du parmesan, des pignons de pin, de l’huile d’olive et de l’huile de coude. Vous commencez par faire griller légèrement 2 cuillères à soupe de pignons de pin à la poêle, pour leur donner de bonnes petites notes toastées. Ensuite, vous commencez par écraser l’ail dans le mortier, pour en faire une pulpe fine, 2 gousses pour 4 personnes. Vous ajoutez les pignons, vous broyez finement. Le parmesan ensuite, 4 cuillères à soupe, vous malaxez toujours. Le basilic, enfin, une vingtaine de feuilles, que vous réduisez, pareil, en puréeµ. Là, vous avez une pâte très épaisse, que vous allez terminer de monter avec de l’huile d’olive, petit à petit, en filet. Dans tous les cas, ce qu’il faudra, c’est au moment où vous préparez vos pâtes, vos spaghettis, ou vos gnocchis, c’est de récupérer un peu d’eau de cuisson pour détendre votre pesto lorsque vous réchaufferez le tout à la casserole. À l’arrivée, le pesto va bien enrober vos spaghettis ou vos gnocchis, il sera un peu plus plus fluide. Dernière idée : toujours dans la tradition italienne, pour un pesto plus corsé, remplacez la moitié du parmesan par du pecorino (lait de brebis, plus piquant). 

Jardin : le mode d'emploi des granulés anti-limaces bio

Bien des jardiniers ont été déçus par les nouveaux granulés anti-limaces bio. La raison est simple : on ne leur a pas expliqué comment s’en servir. Le bon mode d’emploi de ces granulés bio, il est écrit nulle part et c’est dommage. Le cœur du problème, c’est qu’ils semblent moins attirants que les granulés classiques. Donc les limaces ne vont pas se jeter dessus. Si la limace rencontre un granulé bio, elle va le manger. Mais, d’après mon expérience, elle ne fera pas un détour pour se jeter avidement sur un paquet de granulés mis dans un coin du jardin. 

Or, c'est ce que font la plupart des jardiniers. Ils mettent une poignée de granulés autour de la plante qui a été mangée la veille. C’est moche, ça fait beaucoup de granulés, donc ça coûte cher, et ça ne protège pas la plante qui est plus loin. La bonne technique, c'est de lancer les granulés à la volée. Les granulés doivent retomber en pluie sur le sol sur la surface la plus large possible. Comme ça, on augmente les chances que les limaces tombent dessus. Un granulé tous les vingt centimètres, c’est bien plus efficace qu’une grosse poignée au pied d’une salade. Avec pas plus de granulés, on protège tout le potager. Et puis, autant calmer les limaces alors qu’elles sont encore loin de la plante que l’on veut protéger.

Quand on n’a pas l’habitude, les trois quarts des granulés vont d’un côté et il n’y a presque rien ailleurs. Heureusement il y a des petits épandeurs pour nous aider ! Le premier se clipse sur le bras. Grand comme une b