3 min de lecture Industrie

Coronavirus : près d'un demi-million d'emplois industriels menacés d'ici deux ans

Selon une étude réalisée par le cabinet d'audit PWC, près de 463.000 postes pourraient être détruits dans le secteur de l'industrie d'ici à 2022.

micro generique L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : près d'un demi-million d'emplois industriels menacés d'ici deux ans Crédit Image : REMY GABALDA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Venantia Petillault

Le gouvernement s'attend à perdre près d'un million d'emplois dans les prochains mois. Une étude qui sort ce vendredi 26 juin révèle qu'un tiers de ces jobs perdus pourrait l'être dans l'industrie.


Oui, il y aura bien un impact lourd sur le marché de l'emploi et la foudre risque de tomber plus lourdement sur l'industrie d'ici 2022. On parle là de la sidérurgie, de l'automobile, de l'aéronautique, l'informatique. Selon l'étude PwC pour la branche Industrie du MEDEF, l'UIMM, on va perdre 187.000 emplois dans les 2 ans si l'activité repart normalement. Et 463.000 postes vont disparaître si on a une deuxième vague qui perturbe la production. Si l'industrie s'arrête en un jour, elle se relance sur plusieurs mois. Vous avez toute une chaîne logistique qui alimente l'industrie, comme des affluents. La Covid-19, c'est une écluse, un barrage. On a coupé net mais il y a encore un peu d'eau qui circule, le débit ralentit progressivement.
 
On a du mal à s'en rendre compte mais en un mois (en mars), la production a chuté autant qu'en 1974 après le choc pétrolier ou que sur l'ensemble de la crise de 2008. En un petit mois. Et dans les prochains mois, on s'attend à une hausse de 28% des faillites dans l'industrie. Mais il y a sans doute une petite note d'espoir à dénicher dans cette perspective. La crise de 2008 a été l'occasion d'une prise de conscience de l'importance de notre industrie. Depuis 2015, on ouvrait plus d'usines qu'on n'en fermait. 2008, crise financière, on s'était dit qu'il fallait revenir à l'économie réelle donc à des usines. 2020, crise sanitaire, on se dit qu'il faut sauver notre souveraineté économique et industrielle et donc relocaliser les usines.
 
Les emplois qui sont menacés aujourd'hui sont des postes qui étaient en pénurie avant la crise : chaudronniers, techniciens télécom par exemple. Il faut donc conserver le savoir-faire et ces métiers dans l'entreprise en ce moment et pour les jeunes qui sortiront d'école avec un diplôme dans ces métiers en tension, le rebond peut être assez rapide.

Un renforcement de l'industrie grâce à la crise ?

On connait bien le phénomène dans l'industrie : la catalyse... La crise pourrait accélérer la transformation de l'industrie vers ce qu'on appelle l'usine du futur, l'usine 4.0. C'est plutôt un espoir pour les jeunes générations qui vont arriver sur le marché du travail. On percevait la montée en puissance du numérique dans l'entreprise, de l'intelligence artificielle pour gérer les outils de production ou la maintenance des machines. Cela va sans doute accélérer cette transformation et donc l'émergence de nouveaux métiers pour nos jeunes dans les 10 ans qui viennent.
 
Le digital va aussi détruire des métiers dans l'industrie. C'est vrai mais là encore, ça peut concentrer la transformation sur deux ans et obliger l'industrie à se réorganiser plus vite. On voit, par exemple, que vous avez de nombreux postes d'ingénieurs, de "cols blancs" qui sont supprimés chez Nokia, Renault, Airbus, Sanofi.

Mais il est possible que ça occasionne un "outsourcing" de la recherche dans les métiers industriels. On a connu ça dans la pharmacie. Les laboratoires ont préféré racheter des startups qui travaillaient sur des médicaments plutôt que financer la recherche en interne. Ce sera peut-être pareil pour la production industrielle avec des brevets techniques développés en extérieur et rachetés par les grands groupes. Mais, vous savez, c'est cette Recherche & Développement externe qui a donné naissance à Microsoft et à une grosse partie de la Silicon Valley.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Industrie Épidémie Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants