2 min de lecture Activité économique

Chômage en baisse : "Le chiffre ne dit rien de l'état véritable des entreprises", selon Lenglet

ÉDITO - Le nombre de chômeurs a baissé au cours du mois de mai 2020 mais, comme le souligne François Lenglet, il s'agit pour beaucoup d'intérimaires qui ont retrouvé une mission ponctuelle.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Chômage en baisse : "le chiffre ne dit rien de l'état véritable des entreprises" Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Bastien Hauguel

Un tsunami de nouveaux chômeurs était annoncé et pourtant le chômage a baissé en mai. Une baisse importante d'ailleurs : 149.000 personnes de moins dans la catégorie A, celle des sans-emplois n’ayant eu aucune activité. Mais attention, cette baisse intervient après une hausse beaucoup plus forte le mois d’avant. Elle ne fait qu’atténuer un peu la crise du mois d’avril. En outre, il ne s’agit pas de personnes qui ont retrouvé un emploi à temps plein, mais, pour beaucoup, d’inscrits à Pôle emploi qui ont changé de catégorie, et ne sont plus en A, mais en B ou C, les catégories de l’activité réduite. En d'autres termes, cela veut dire que ce sont des intérimaires qui ont retrouvé une mission ponctuelle, dans le commerce ou le BTP par exemple et ne se sont pas désinscrits pour autant.

C’est la conséquence d’un lent réveil de l’économie française à la fin du confinement, le 11 mai. Les entreprises ont retrouvé un peu d’activité, elles font donc appel aux précaires et aux intérimaires, dans l’attente de voir ce qui va se passer. Cela semble particulièrement net dans l‘ouest de la France et en Rhône-Alpes, beaucoup moins ailleurs.

Peu de licenciements

Si le chômage n’augmente pas, cela indique que les licenciements redoutés n'ont pas eu lieu. Les plans sociaux n’ont pas été faits, du moins on pourrait dire qu'ils n'ont pas encore été faits. Cette apparente bonne nouvelle signifie en réalité que tout le monde était encore en chômage partiel, payé pour l’essentiel par l’Etat. Les entreprises n’ont pas eu besoin de licencier, parce qu’elles n’avaient pas à subir le coût de leur main d’œuvre. Le chômage partiel a produit exactement ce qu’on attendait de lui : congeler le marché du travail et empêcher les suppressions d’emplois.

Le chiffre du chômage de mai ne dit en vérité rien de l’état véritable des entreprises. On ne le saura qu'au fil des mois qui viennent, progressivement, à mesure que le système du chômage partiel sera démantelé. Et encore, le gouvernement a annoncé qu’une forme de soutien serait maintenue pour certains secteurs, les plus pénalisés par la crise. 

À lire aussi
Une femme portant un masque de protection à Lyon, le 31 août 2020. Coronavirus France
Covid-19 : ce qu'on peut toujours faire avec les mesures sanitaires zone par zone

Visiblement, le gouvernement est d'ailleurs déterminé à préserver ce système d'aide "coûte que coûte", pour reprendre l'expression d'Emmanuel Macron. Et il n'a pas tort, l'interrompre brutalement, ce serait prendre le risque d'avoir payé pour rien, en provoquant justement la marée de licenciements qu'on redoutait. Alors qu'à la rentrée arriveront plusieurs centaines de milliers de jeunes sur le marché du travail, candidats supplémentaires à l'emploi.

Des dispositifs fiables sur le long terme ?

Tout le pari, c'est de les maintenir jusqu'à ce que la reprise de l'activité permette de prendre le relai, et de justifier à nouveau ces emplois dans les entreprises. Bien sûr, cela coûte des dizaines de milliards. Mais si ces personnes étaient licenciées, il y aurait aussi une lourde facture à régler, avec les indemnités de chômage.

Peut-on dire que la France a le système le plus généreux ? Pas sur tous les critères. C'est vrai que l'accès au dispositif est sans restriction aucune chez nous, ce qui explique son succès. Mais le plafond de rémunération, 4.600 euros par mois, est plus faible qu'au Luxembourg (5. 300 euros) ainsi qu'en Suisse (9.000 euros par mois).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Activité économique Chômage Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants