1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Carmat : le cœur artificiel revêt de gros enjeux financiers
3 min de lecture

Carmat : le cœur artificiel revêt de gros enjeux financiers

REPLAY / ÉDITO - Les résultats financiers de Carmat n'ont jusqu'ici pas été probants malgré d'énormes investissements. La société a même perdu une vingtaine de millions d'euros en 2014.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Carmat : le cœur artificiel revêt de gros enjeux financiers
00:03:30
François Lenglet

Derrière la transplantation du cœur artificiel qui semble avoir réussi, il y a une société française innovante : Carmat. C'est une entreprise qui a plus de vingt ans. Figurez-vous qu'elle a comme actionnaire Airbus, l'entreprise européenne qui fabrique les avions ! Au côté d'Airbus, se trouvent le professeur Carpentier, le père de la technologie, ainsi qu'un fonds d'investissement et plusieurs milliers de petits porteurs, puisque l'entreprise est cotée à la bourse de Paris depuis 2010.

Comment une entreprise comme celle-là peut-elle fonctionner, avec des coûts de développement considérables ? À terme, ce marché pourrait être de plusieurs milliards d'euros annuels. Il y a des dizaines de milliers de patients qui ont besoin chaque année d'une transplantation cardiaque. Mais on n'en est pas en effet pas là. Il n'est pas question de vendre à quiconque ce cœur artificiel avant qu'il ne soit dûment expérimenté et homologué.

Convaincre les investisseurs

En 2014, Carmat a donc perdu une vingtaine de millions d'euros, puisqu'elle n'a pas réalisé un euro de chiffre d'affaires, alors qu'elle a dû maintenir - et même augmenter son effort de recherche - après le décès du premier patient transplanté.

Il lui faut convaincre des investisseurs, qui misent leur fonds en espérant que tout cela va réussir et rapporter un jour des dividendes. Ces investisseurs sont à la fois privés - ce sont les particuliers qui ont acheté les actions de la société, les fonds d'investissements - et publics, avec BPI France, l'organisme affecté au soutien financier des entreprises.

À lire aussi

Carmat a bénéficié d'un prêt de 33 millions de la part de BPI, c'est le plus gros jamais consenti par la banque publique à une PME. Au total, l'entreprise a plusieurs années de financement assuré - si les résultats sont au rendez-vous.

Carmat a bénéficié d'un prêt de 33 millions de la part de BPI

François Lenglet

On contrôle ainsi très sérieusement l'avancement du projet. Le déblocage de l'argent, des différentes tranches du prêt, dépend d'une évaluation des progrès techniques. Évaluation qui est faite parallèle par les financiers et des scientifiques appartenant à l'Agence nationale de la santé et du médicament. Ils vérifieront que les résultats sont conformes aux attentes, et que les perspectives du projet ne sont pas invalidées. Si ça n'était pas le cas, les financements pourraient être suspendus.

C'est une garantie pour les investisseurs qui suivent Carmat dans son aventure. Garantie qui reste quand même relative, car elle ne vaut que pour les étapes intermédiaires. Cela et ne constitue pas une assurance absolue que le cœur artificiel français fonctionnera à grande échelle et qu'il sera autorisé.

La route sera longue

"Le deuxième transplanté s'est remis au vélo", nous dit le professeur Carpentier, et il voudrait même commencer le judo à 68 ans. Ça ne peut pas être mauvais signe. Mais la route sera longue. Surtout quand on pense que les premiers brevets ont été déposés il y a vingt-cinq ans. Deux autres opérations expérimentales vont avoir lieu sous peu.

L'objectif de Carmat est d'obtenir une certification européenne en 2016, ce qu'on appelle le "marquage". Pour cela, il faudra engager un test sur une vingtaine de patients, avec plusieurs équipes de chirurgie européennes. La commercialisation n'interviendra qu'à l'issue de cette phase, si elle est réussie.

D'ici là, l'action Carmat et ses actionnaires risquent de connaître des hauts et des bas, en fonction des nouvelles, bonnes et mauvaises, qui vont se succéder pour cette technologie révolutionnaire. En clair, investir dans l'innovation, c'est réservé à ceux qui ont le cœur bien accroché.

RTL vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.