2 min de lecture Banque

BNP Paribas : pourquoi le patron s'est vu augmenter de 26,5%

REPLAY / ÉDITO - La rémunération de Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de la banque, s’est élevée à 3,6 millions d'euros en 2015, selon "Les Echos". C'est surtout son variable qui a littéralement explosé.

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau
>
BNP Paribas : pourquoi le patron s'est vu augmenter de 26,5% Crédit Image : AFP/LOIC VENANCE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Loïc Farge
Loïc Farge
Journaliste RTL

En 2014, la première banque française avait écopé de 9 milliards de dollars d'amende à la suite d’une série de comportements illégaux aux États-Unis. Du coup, le bonus de Jean-Laurent Bonnafé avait été amputé, et sa rémunération avait chuté de 15%. L’an dernier, la banque a repris son train et dégagé un résultat net proche de 7 milliards d'euros. C’est cette performance qui se traduit aujourd'hui par une hausse de 26,5% de la rémunération globale du directeur général. Son salaire fixe reste à 1,25 million d'euros. Mais il a un variable qui a explosé : + 62%. Pour ceux qui froncent les sourcils, c’est au même moment que cet établissement a initié une taxe pour la tenue des comptes bancaires de ses clients.

Baisse de 15% quand la faute coûté 9 milliards, hausse de 62% alors même que le résultat net reste encore inférieur à la pénalité : manifestement les calculs de ratio sont un peu asymétriques chez BNP Paribas. En fait, les administrateurs de la banque ont rétabli ce qu’ils appellent dans leur jargon la "part variable cible" de la rémunération du DG : 1,8 million plus quelques zakouski, pour aboutir à 2,4 millions d'euros.

Règles de bonne conduite, un trompe l'oeil

Est-ce que c'est justifié de passer si vite l’éponge ? La question est légitime. Si les banques françaises ont réalisé près de 25 milliards de bénéficies cumulés en 2015 (c'est quasiment le niveau de profit d’avant la crise financière), c’est beaucoup grâce à l’assistance des contribuables, des clients et à des programmes de suppressions d’agences. Déjà 191 suppressions en trois ans pour BNP Paribas, avec les compressions d’effectifs qui suivent.

Cela fait pourtant des années que l’on évoque l’encadrement des rémunérations des dirigeants. Ces textes dits de bonne conduite et de mesure ne sont qu’indicatifs. Dans le faits, dès que les affaires vont mieux, le mêmes histoires (retraites chapeau, golden Hello et autres parachutes dorés ou bonus opaques) reviennent sur le devant de la la scène. Le rapport de la société d’analyse financière Proxinvest est clair : il s’interroger ouvertement sur l’efficacité réelle de ces règles de bonnes conduite et le copinage qui règne dans les conseils d’administration consanguins.

Le bloc notes

À lire aussi
Julien Courbet Julien Courbet
Banque : son compte est bloqué par erreur, elle ne peut plus rien payer

L'assouplissement des règles européennes va permettre aux États membres de soutenir enfin les prix du lait.

La note du jour

15/20 à Captain Train. La jeune plateforme française, qui permet de réserver des billets de train en Europe, va passer sous pavillon britannique pour 200 millions d'euros.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Banque BNP Paribas Salaires
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants