2 min de lecture Air France

Air France : le conseil d'administration favorable au plan B redouté par les salariés

Après l'échec des négociations du plan de productivité "Perform 2020", la direction de la compagnie aérienne mise sur un "plan de restructuration alternatif".

Un Boeing 777 d'Air France (illustration)
Un Boeing 777 d'Air France (illustration) Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Le conseil d'administration d'Air France-KLM a donné jeudi 1er octobre son feu vert à un "plan de restructuration alternatif" au plan de développement initialement prévu au sein de la compagnie Air France. "Ce plan, comportant une réduction de l'activité d'Air France en 2016 puis 2017, afin de garantir les objectifs économiques et l'avenir de la compagnie, sera présenté lundi au comité central d'entreprise d'Air France", a indiqué la direction dans un communiqué.

Cette décision sonne le glas du plan de productivité et de croissance "Perform 2020" dont l'un des leviers consistait à augmenter le temps de vol annuel des personnels navigants à rémunération constante. Une mesure qui a rencontré une vive opposition auprès des pilotes. Air France avait d'ailleurs annoncé mercredi "l'échec des négociations" avec les syndicats.

De nombreux départs contraints

"Face à l'impossibilité de signer des accords permettant au sein d'Air France la mise en oeuvre de mesures de productivité conduisant à un retour à la profitabilité pérenne, les administrateurs considèrent indispensable de mettre en place un plan alternatif", indique la direction qui a souligné que les représentants du principal syndicat de pilotes SNPL et de l'État ont donné leur accord

Ce plan alternatif dont la direction agitait la menace depuis plusieurs semaines prévoit une réduction de 10% de l'offre long courrier, de nombreux départs contraints et le report des commandes de Boeing 787, un avion de dernière génération très prisé par les pilotes. Les syndicats attendent toutefois des précisions sur le contenu de ce plan B dont les contours devraient être précisés en comité central d'entreprise lundi 5 octobre.

À lire aussi
Un Airbus A350 du groupe Air France-KLM (illustration) Air France
Coronavirus : l’alliance d'Air France-KLM menacée par la crise

Au micro de RTL, Alain Vidalies, le secrétaire d'État chargé des Transports, se disait "inquiet" et plaidait pour un "accord" au sein d'une entreprise "qui est aujourd'hui fragile". "Il n'est jamais trop tard pour utiliser la solution qui résulterait d'un accord entre les syndicats et la direction", affirmait-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air France KLM Salariés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants