1 min de lecture Éducation nationale

63% des Français prêts à moins de services publics pour payer moins d'impôts

DOCUMENT RTL - Selon une enquête BVA publiée ce vendredi 24 janvier, les Français sont disposés à payer moins d'impôts, quitte à bénéficier de moins de services publics. Mais ils veulent des économies ciblées.

L'Assemblée nationale a adopté à une large majorité les impôts du budget 2014 (Illustration).
L'Assemblée nationale a adopté à une large majorité les impôts du budget 2014 (Illustration). Crédit : JOEL SAGET / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Les Français restent mais ils trouvent que les prestations se dégradent. C'est la conclusion d'une enquête BVA-Institut Paul Delouvrier pour RTL et Les Echos publiée ce vendredi 24 janvier.

Les sondés sont moins satisfaits qu'avant en matière d'emploi et d'éducation. Et surtout, deux tiers d'entre eux (63%) sont maintenant prêts à moins de services publics pour payer moins d'impôts. Et ça c'est une première, car jusqu'ici, les Français étaient partagés sur cette question, plutôt à hauteur de 50/50.

Le secteur de la santé reste intouchable

Mais les économies ne concernent pas tous les domaines. Pas question de toucher à la santé, service public préféré des Français. L'emploi et l'éducation sont également plébiscités par les sondés, qui considèrent ces secteurs comme des priorités.

En cas de coupes budgétaires, la culture, la défense ou l'environnement pourraient en faire les frais.

>
Les Français prêts à sacrifier certains services publics pour payer moins d'impôts Crédit Image : RTL | Crédit Média : Céline Landreau | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Économie Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants