1 min de lecture Société

Violences conjugales : à quoi ressemble un stage pour auteurs de violences ?

REPORTAGE - À l'issue du Grenelle des violences conjugales, le gouvernement a annoncé lundi 25 novembre la création de 2 centres d'accueil pour auteurs de violences par région.

>
En immersion dans un centre d'accueil pour les auteurs de violences conjugales Crédit Image : Unsplash/Banter Snaps | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon édité par Marie Zafimehy

Deux centres d'accueil pour auteurs de violences conjugales seront créés dans chaque région d'ici 2022. C'est l'annonce qu'a faite le Premier ministre Édouard Philippe lundi 25 novembre à l'issue du Grenelle des violences conjugales. Le but : prévenir la récidive. 

À Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, des stages sont proposés dans cette perspective. Là-bas, sont organisés des groupes de parole car les agresseurs ont juste parfois besoin de mettre des mots sur leurs gestes

Comme à chaque fois, au premier tour de table, les participants tentent de se justifier. La parole se libère ensuite petit à petit. "C’est elle qui m’a agressée en premier, mais bon je reconnais que ça aurait pu finir beaucoup plus mal, elle aurait pu tomber sur la tête et mourir même", témoigne un des hommes présents.

Réussir à s'exprimer

D’autres parlent très peu, restent prostrés sur leur chaise et c’est plutôt mauvais signe. "Je préfère quelqu’un qui a tendance à déborder un peu, que quelqu’un qui s’exprime très peu", explique David Brossard qui anime le stage. Autrement, "ça dénote un manque de capacité à utiliser des mots pour parler."

À lire aussi
Un médecin porte un stéthoscope autour du cou (illustration) santé
Journée mondiale du cœur : êtes-vous un profil à risque ?

À la fin, l'objectif est de faire prendre conscience aux auteurs de violences des mécanismes qui mènent à leurs actes. "Ça fait un moment que j’ai pas vu le psy, mais je là je vais y retourner parce que j'ai eu des pensées qui m’ont mis la puce à l’oreille et qui me font penser qu’il y encore des choses à travailler", témoigne ainsi Maxime qui a arrêté de boire.

Comme les autres, il part avec des contacts, par exemple pour une médiation, quand ils sont encore en couple. Car la plupart d'entre eux sont toujours avec leur compagne.

La rédaction vous recommande


Lire la suite
Société Violences conjugales Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants