2 min de lecture Terrorisme

Un troisième mineur de 15 ans, soupçonné de vouloir mener une attaque terroriste, écroué

Ce mineur de 15 ans a été repéré sur les réseaux sociaux. Il a été mis en examen et écroué samedi 10 septembre.

Des voitures de police stationnées à Bobigny, le 30 septembre 2008 (illustration)
Des voitures de police stationnées à Bobigny, le 30 septembre 2008 (illustration) Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Les opérations antiterroristes s'accumulent. Un nouvel adolescent de 15 ans, soupçonné de vouloir mener une attaque jihadiste, a été mis en examen samedi 10 septembre, d'après une source judiciaire, pour "associations de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Le jeune homme a été interpellé jeudi 8 septembre à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Les forces de l'ordre l'ont repéré sur la messagerie privée Telegram pour ses liens avec Rachid Kassim, un jihadiste français soupçonné de téléguider des attentats en France depuis la zone irako-syrienne.

Visé par une fiche S et déjà mis en examen dans un autre affaire, il a été arrêté en raison de ses propos tenus sur Telegram qui laissaient supposer la possibilité d'un passage à l'acte. Dans le précédent dossier, le suspect était mis en examen et placé sous contrôle judiciaire depuis juin 2016 pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et apologie publique d'un acte de terrorisme sur internet. Concrètement, il lui est reproché d'avoir diffusé de la propagande de Daesh.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, il s'agit de la troisième interpellation d'un mineur en moins d'une semaine. Samedi 10 septembre, un autre mineur lui aussi âgé de 15 ans a été arrêté à Paris. Jusqu'alors placé sous haute surveillance par les services de renseignement, il est suspecté de "passer à l'acte" en tuant à l'arme blanche des passants sur la promenade de la "coulée verte" du XIIe arrondissement de Paris.

Mercredi 14 septembre, un autre adolescent de 15 ans a été arrêté dans le XXe arrondissement de la capitale puis placé en garde à vue par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Alors qu'il s'était "proposé pour une action terroriste", il est lui aussi soupçonné d'être en lien avec Rachid Kassim, déjà au cœur de l'enquête sur un commando de femmes démantelé la semaine dernière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants