2 min de lecture Actu

Ubuesque, orwellien, kafkaïen... : ces adjectifs qui nous viennent de la littérature

La littérature, on le sait, est une passion française. Or les rebondissements de l’actualité, de la crise sanitaire au terrorisme, ont remis à la mode certains mots directement issus de noms d'auteurs ou de leurs personnages. Examinons cela de plus près.

micro generique Rendez-vous avec la maîtresse Lisa Kamen iTunes RSS
>
Ubuesque, orwellien, kafkaïen... : ces adjectifs qui nous viennent de la littérature Crédit Image : Pixabay.com | Crédit Média : Lisa Kamen | Durée : | Date : La page de l'émission
Lisa Kamen
Lisa Kamen

Ces anthroponymes - c'est comme cela que l'on appelle les noms de personnes - nous servent souvent à qualifier des situations courantes mais on oublie parfois d'où ils viennent. Si la politique donne fréquemment l'occasion d'assister à des scènes grand-guignolesques, c'est-à-dire aussi outrancières et invraisemblables que peuvent l'être les saynètes du théâtre de Guignol, l'actualité récente a plutôt fait ressurgir des adjectifs moins joyeux. 


Ceci ne vous consolera sans doute pas beaucoup mais puisque nous sommes condamnés à subir des restrictions de liberté qui compliquent nos vies, autant les qualifier joliment. Faire ses courses en période de couvre-feu peut devenir kafkaïen, du nom de Frantz Kafka bien sûr, fameux auteur tchèque dont les romans mettent en scène des personnages livrés à l'arbitraire et à l'angoisse, comme nous devant quinze mètres de file d'attente à la caisse du supermarché à... 17h55 ! 

Adieu veau, vache, cochon, couvée et pizza quatre fromages! Le capitaine Ubu quant à lui, anti-héros d’Alfred Jarry, capitaine des dragons et roi de Pologne est devenu le symbole du délire du pouvoir, de l’absurdité des hiérarchies politiques. Il m'est arrivé de penser que le classement des produits en essentiels et non essentiels était ubuesque et je suis presque sûre de ne pas avoir été la seule.

Un monde orwellien?

George Orwell est resté fameux pour avoir décrit dans ses romans 1984 et La Ferme des animaux un univers de surveillance généralisée, dans un contexte totalitaire, où la politique n’est que mensonges et faux-semblants. Il disait notamment : "La dictature peut s’installer sans bruit". Les mesures prises par certains gouvernements à travers le monde, présentées comme nécessaires pour lutter contre le coronavirus, semblaient parfois inspirées par des motivations de surveillance moins nobles et ressortir d'un monde orwellien. Mais non, non... j'ai dû interpréter. 

Un virus aux conséquences dantesques

À lire aussi
littérature
Le politiquement correct va-t-il tuer la langue française ?

Dante, immense auteur italien du Moyen-Age décrit les différents cercles de l’enfer dans La Divine Comédie, texte à la fois grandiose et terrifiant, qualificatifs qui conviendraient aussi à la période extraordinaire que nous traversons. Et si nous essayions de prendre tout ça de façon moins dramatique, nous pourrions dire alors que la période est rocambolesque, pleine d’aventures extraordinaires. Ce mot vient de Rocambole, héros de romans feuilletons du XIXe siècle, qui après un séjour au bagne, bien qu'il garde ses habitudes d'imposteur, s'engage sur la voie de la rédemption en devenant justicier en marge de la société. Rocambolesque qualifie des aventures invraisemblables. 

La langue française regorge d’adjectifs savoureux et très évocateurs issus de la littérature. Comme tout vocabulaire adapté, ils permettent la mise à distance et la critique cultivée. Ne nous en privons pas! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Actu Éducation nationale Orthographe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants