1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. TV5Monde toujours perturbée après une cyberattaque d'envergure
3 min de lecture

TV5Monde toujours perturbée après une cyberattaque d'envergure

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Un soldat français au Concept interarmées de Cyberdéfense du ministère de la Défense
Un soldat français au Concept interarmées de Cyberdéfense du ministère de la Défense
Crédit : AFP
LES AUDITEURS du 09/04/2015
00:27:28

TV5Monde toujours perturbée après une cyberattaque d'envergure

La chaîne francophone TV5Monde, cible hier soir d'un piratage "inédit et de grande envergure" (TV, sites internet, réseaux sociaux) mené par des individus se réclamant du groupe jihadiste Etat islamique (EI) était toujours ce matin dans l'impossibilité de produire et de diffuser ses journaux, une cyberattaque vivement dénoncée par  le gouvernement. 
   
Le piratage de TV5 est une "atteinte inacceptable à la liberté d'information et d'expression", a estimé le Premier ministre Manuel Valls sur son compte Twitter. 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, la ministre de la Culture Fleur Pellerin et le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius se sont rendus ce matin au siège de TV5 Monde."L'enquête est lancée", a déclaré Bernard Cazeneuve, qui a affiché sa détermination face "aux terroristes", tandis que Fleur Pellerin a annoncé qu'elle allait réunir les dirigeants des grands médias. 

Cette attaque "inédite et de grande envergure", selon la chaîne, est survenue vers 22H00. Les émissions ont été coupées, remplacées par un écran noir sur l'ensemble des onze chaînes de TV5Monde. Dans le même temps, la chaîne  perdait le contrôle de ses pages Facebook et comptes Twitter, ainsi que de ses sites internet qui affichaient tous des revendications de l'Etat islamique. 


Faut-il avoir peur du cyberterrorisme 

Invités du débat de RTL MIDI : Eduardo Rihan Cypel, député socialiste de Seine-et-Marne et Nicolas Arpagian, expert en cybersécurité et directeur à l'institut national des hautes études de la sécurité et de la justice 

La rédaction vous recommande

IVG : approuvez-vous la suppression du délai de réflexion de sept jours ?

L'Assemblée nationale a voté hier en première lecture une mesure du projet de loi sur la santé supprimant le délai de réflexion de sept jours imposé aux femmes souhaitant une interruption volontaire de grossesse (IVG). 
   
Actuellement, la loi votée en 1975 à l'initiative de Simone Veil prévoit deux consultations médicales obligatoires avant l'IVG, avec un délai de réflexion d'une semaine entre les deux, qui peut cependant être réduit à 48 heures en cas d'urgence, c'est-à-dire lorsque le délai légal de 12 semaines de grossesse approche. 
   
L'article supprimant ce délai avait été introduit en commission le mois dernier, à l'initiative de la députée socialiste Catherine Coutelle, présidente  de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée. 
   
Le délai de réflexion ne sert qu'à culpabiliser les femmes, ont souligné de nombreux députés de la majorité, et "il est souvent vécu dans une grande solitude", a relevé la rapporteure du projet de loi, Bernadette Laclais (PS). 
   
La ministre de la Santé Marisol Touraine, qui s'était prononcée en commission pour une réduction à deux jours du délai de réflexion, et non sa suppression, a soutenu en séance l'article. 



IVG : approuvez-vous la suppression du délai de réflexion de sept jours ? ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour.

Sondage
IVG : approuvez-vous la suppression du délai de réflexion de sept jours ?*
La rédaction vous recommande

Violences conjugales: procès à Paris de l'ex-compagne d'un homme battu

Battu, humilié, dépouillé, Maxime Gaget, 37 ans, a connu l'enfer pendant 15 mois. Le procès de son ex-compagne, jugée aujourd'hui à Paris, met en lumière la question encore taboue des violences conjugales subies par des hommes. 

Hospitalisé avec huit phalanges cassées, Maxime a subi des opérations de reconstruction du nez et d'une oreille et s'est vu délivrer 100 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Son ex-compagne, Zakia Medkour, 43 ans, sera jugée pour "violences, menaces et intimidations et escroqueries". 

Environ un homme meurt tous les treize jours sous les coups de celles avec qui il partage sa vie. Environ 7.000 plaintes d'hommes victimes de violences conjugales sont comptabilisées chaque année, "mais on estime que seuls 2% des faits sont déclarés car les victimes ont trop honte de porter plainte" selon l'association "SOS Hommes Battus".  

La rédaction vous recommande


Nous attendons vos commentaires et vos avis.

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/