1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "To All The Boys I've Loved Before" : 4 raisons de regarder la romcom de la rentrée
3 min de lecture

"To All The Boys I've Loved Before" : 4 raisons de regarder la romcom de la rentrée

NOUS L'AVONS VU - Cette comédie romantique disponible depuis le 17 août sur Netflix va faire chavirer votre cœur pour la rentrée.

Lana Condor joue Lara Jean dans "To All The Boys I've Loved Before", disponible sur Netflix
Lana Condor joue Lara Jean dans "To All The Boys I've Loved Before", disponible sur Netflix
Crédit : Awesomeness Films / Masha Weisberg / Netflix
Arièle Bonte
Arièle Bonte

C'est la comédie romantique de la rentrée. To All the Boys I've Loved Before ("À tous les garçons que j'ai aimés") est un film disponible sur Netflix depuis le 17 août dernier. Adapté du livre du même titre, écrit par l'auteure américaine Jenny Han, ce film raconte l'histoire de Lara Jean, une adolescente américaine qui préfère écrire des lettres d'amour aux garçons qu'elle a aimés plutôt que de leur avouer ses sentiments.

Cinq garçons au total ont été les destinataires secrets de la jeune fille au cours de sa (courte) vie. Un jour pourtant, les lettres qu'elle gardait dans une boîte cachée dans sa chambre arrivent toutes dans la boîte aux lettres de leur destinataire respectif. La petite vie tranquille de Lara Jean, d'habitude invisible dans les couloirs de son lycée, va alors être bouleversée.

Vous hésitez encore à regarder cette comédie romantique (seule, avec votre petite sœur ou votre nièce) ? Vous pensez que vous avez passé l'âge ? Voici quatre raisons de vous plonger dans l'univers drôle et romantique de Lara Jean Covey.

1. Pour Lara Jean, son héroïne touchante et romantique

Elle est un peu gauche, terriblement romantique et touchante : Lara Jean est une héroïne comme on les aime. Loin d'être parfaite et peu sûre d'elle, la jeune fille ne se laisse pourtant pas faire et sait s'affirmer pour faire respecter ses choix, notamment auprès de Peter, l'un des garçons à qui elle a écrit une lettre et avec lequel elle signe un contrat...

Élevée avec ses deux sœurs par son père (leur mère est décédée), Lara Jean est un personnage qui touchera le cœur des adolescentes et donnera (presque) envie aux plus âgées de revivre leurs années lycée.

2. Pour enfin voir une comédie romantique grand public avec des personnages asiatiques

À lire aussi

Nous sommes en 2018 et il a bien fallu attendre cette année pour voir une comédie romantique américaine grand public incarnée par plusieurs personnages d'origines asiatiques. La représentation des minorités au cinéma comme à la télévision est un réel enjeu de société notamment aux États-Unis où les débats sur le sujet se font de plus en entendre.

Avec To All the Boys I've Loved Before, Netflix offre à son audience d'origine asiatique des héroïnes dans lesquelles ils et elles peuvent se reconnaître. La plateforme participe aussi à la normalisation des personnages asiatiques au cinéma ou à la télévision en sortant des stéréotypes habituels du geek ou de l'enfant de restaurateur. 

3. Pour sa modernité et son soupçon de féminisme

Dans Lolita malgré moi, le film se moque des cours d'éducation sexuelle "à l'Américaine" : "Ne couchez pas parce que sinon vous allez tomber enceinte et mourir".

To All the Boys I've Loved Before choisit de son côté de donner, en une poignée de secondes, un vrai cours d'éducation sexuelle pour rappeler des principes de base de la sexualité : le préservatif est l'unique moyen de se protéger efficacement des MST et IST et le retrait n'est pas une méthode de contraception.

Cela ne fait jamais de mal de le rappeler au même titre que les quelques répliques parsemées ici et là bien tout au long du film et qui dénoncent par exemple le slutshaming dont sont victimes les filles lorsqu'une "sex-tape" fuite sur Internet. Une manière d'ancrer la fiction dans la réalité des débats d'aujourd'hui et de montrer l'évolution des générations.

4. Pour soutenir un film écrit, adapté et réalisé par des femmes

To All the Boys I've Loved Before est un film où les femmes sont loin d'être absentes. Il s'agit d'abord de l'adaptation d'un livre écrit par une femme, lui-même adapté par Sofia Alvarez avant d'être réalisé par Susan Johnson. Quatre femmes derrière la caméra à ces postes-clés, c'est important de le souligner comme de l'encourager.

Côté production, direction de la photographie ou montage, ce sont des hommes qui accomplissent (avec talent) le reste du travail. En espérant que cette bonne formule soit gardée pour la suite potentielle du film : Jenny Han a en effet consacré trois tomes à l'histoire de Lara Jean. Affaire à suivre. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/