2 min de lecture Sécurité

Terrorisme : que prévoit la coopération entre gendarmes français et espagnols

ÉCLAIRAGE - Le ministre de l'Intérieur français et son homologue espagnol Juan Ignacio Zoido ont signé, mercredi 23 août, un protocole prévoyant une formation commune entre les gendarmes espagnols et français.

Un gendarme dans les rues de Paris le 17 juin 2009 (illustration)
Un gendarme dans les rues de Paris le 17 juin 2009 (illustration) Crédit : AFP / LOIC VENANCE
Amélie James
Amélie James

Après le double attentat meurtrier qui a frappé la Catalogne, le parcours des terroristes se dessine peu à peu. Bien qu'aucune ramification hexagonale n'ait, pour l'heure, été décelée par les autorités, les gouvernements français et espagnol ont exprimé leur volonté d'unir leurs forces. Un moyen d'action jugé ainsi plus efficace pour lutter contre la menace terroriste dont le niveau n'a jamais été aussi élevé en Europe.

"Si nous ne coordonnons pas nos forces, nous ne pourrons ni prévenir un certain nombre d'attentats, ni arrêter leurs auteurs lorsqu'ils ont été commis", a déclaré Gérard Collomb lors d'une conférence de presse. Première étape dans cette collaboration ? La formation conjointe des gendarmes des deux nations.

Le ministre de l'Intérieur français et son homologue espagnol Juan Ignacio Zoido ont signé, mercredi 23 août, un protocole prévoyant une formation commune entre les gendarmes espagnols et français. En réalité, cet accord était prévu de longue date. Un communiqué de presse de l'ex-ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux notifiait d'ores-et-déjà de l'instauration d'une telle formation. Le projet avait été évoqué à l'occasion d'un sommet franco-espagnol, en février dernier. 

Des stagiaires français dans les rangs espagnols

Or, les récents attentats et le contexte de la menace terroriste semblent avoir précisé le rôle et le mission de chacun dans cette opération. "Cette formation conjointe est sans précédent. Elle est en même temps extrêmement importante car si nous voulons travailler ensemble, il faut que nous puissions connaître les méthodes avec lesquelles nous travaillons les uns et les autres", a justifié Gérard Collomb.

À lire aussi
Le prince Harry et Meghan, duc et duchesse de Sussex, à la maison du Canada à Londres, le 7 janvier 2020 Canada
Meghan et Harry : les Canadiens vont-ils payer la facture pour leur sécurité ?

À partir du 2 octobre prochain, l'école de gendarmerie espagnole, située à Valdemoro accueillera des élèves de l'école de Tulle. Le but ? Que chaque nation puisse ainsi tirer de l'autre les enseignements nécessaires.

Selon des informations rapportées par le Ministère de l'Intérieur, les élèves français rejoindront les rangs espagnols durant neuf mois. Cette formation, forte de 900 heures de cours partagés, comprendra notamment 250 heures de cours de langue. 

Vers un échange de connaissances

Le ministère de l'Intérieur précise que la gendarmerie française apportera son expertise "en police technique et scientifique, et en techniques d'intervention professionnelle". En clair, cela concerne les compétences en terme de prélèvement et analyse d'indices sur le terrain. À noter que ce travail a profondément été modifié avec les avancées et mutations technologiques.

La France tentera donc d'apporter ses connaissances techniques et fondamentales à l'Espagne lors de cette formation conjointe. En échange, celle que l'on appelle la "Guardia Civil" partagera son savoir-faire en matière de lutte contre le terrorisme et de fraude documentaire.

Aucune information sur le coût de l'opération n'a été révélée. "Dans les années à venir, notre coopération sera de plus en plus renforcée et je l'espère de plus en plus fructueuse", a conclu Gérard Collomb. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Gendamerie Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants