1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tempête Xynthia : 5 ans après, la Faute-sur-Mer veut renaître
2 min de lecture

Tempête Xynthia : 5 ans après, la Faute-sur-Mer veut renaître

DOCUMENT RTL - Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia frappait l'ouest de la France. 53 personnes ont péri, dont 29 dans la seule commune de la Faute-sur-Mer.

Le passage de la tempête Xynthia en Vendée, ici le 3 mars 2010
Le passage de la tempête Xynthia en Vendée, ici le 3 mars 2010
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Tempête Xynthia : 5 ans après, la Faute-sur-Mer veut renaître
03:52
Patrice Gabard & Claire Gaveau

Cinq ans jour pour jour. Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia frappait l'ouest de la France. 53 personnes ont péri, noyées sous 2,80 mètres d'eau. "Je ne sais pas si c'était une vague. Il y a eu quelque chose à un moment donné. J'étais avec des collègues et je leur ai dit 'c'est fini pour moi'. J'ai cru que j'allais couler". En pleine partie de pêche, Yann Aujard ne peut oublier cette journée où Xynthia s'est abattu sur les côtes.

Cinq ans après, les blessures sont toujours ouvertes à la Faute-sur-Mer où 29 personnes ont trouvé la mort dans cette seule commune. Des blessures physiques mais surtout psychologiques et économiques alors que 600 maisons ont été détruites sous la force du vent et des vagues. "On arrive plus à passer l'année. On a trop de frais et moins de rentrée d'argent par rapport à ce qu'on avait avant. Les salariés je les ai gardés mais là, je n'en peux plus. Je suis en redressement judiciaire, je suis ruiné", regrette Yann Aujard.

Revaloriser la ville

Pour la municipalité, l'objectif est de redonner ses lettres de noblesse à cette ville meurtrie par les vagues. "La Faute-sur-Mer est un magnifique territoire qui a été le plus meurtri de France depuis la dernière guerre. 20% du territoire déconstruit, moins 30% de population ça n'est jamais arrivé ailleurs. Il fallait un effort de solidarité nationale, régionale, départementale", a déclaré le maire, Patrick Jouin. 

Une solidarité réelle alors que l'État a dépensé 150 millions pour construire des maisons. Une somme, "relativement raisonnable", qui représente à peine 10% du budget de reconstruction de la commune. Pour renaître et retrouver un nouveau souffle, la ville propose notamment de reconvertir l'ancien camping dévasté en parc paysager pour associer promenade en famille, place de skate pour les jeunes ou boulodrome pour les aînés. Autre grand chantier, la rénovation du port pour les professionnels et la création d'une zone à sec.  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/