1 min de lecture Tourisme

Taxe de séjour : les députés votent la hausse pour les communes

L'Assemblée nationale a validé ce vendredi la possibilité pour les communes d'augmenter la taxe de séjour pour les hôtels non classés ainsi que les 3 à 5 étoiles.

Les députés à l'Assemblée Nationale (illustration)
Les députés à l'Assemblée Nationale (illustration) Crédit : AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les députés ont voté en première lecture la hausse de la taxe de séjour, que pourront appliquer les communes grâce à un amendement gouvernemental au projet de budget 2015. En revanche, le plafond de la taxe pour les palaces n'a pas été modifié malgré les demandes de certains élus socialistes. 

Dorénavant, les plateformes web comme Airbnb pourront collecter la taxe de séjour pour le compte des propriétaires, avec un reversement annuel à la commune

Détail des augmentations

Les hôtels non classés seront taxés à hauteur de 0,75 euro, contre 0,40 euro par jour et par personne. Cette taxe affectera aussi les hébergements dits non conventionnels type Airbnb.

Les établissements comportant une seule étoile resteront taxés à 0,75 euro par personne et par nuit. La taxe sera aussi inchangée pour les 2 étoiles, à 0,90 euro.

À lire aussi
Des voyageurs masqués à l'aéroport d'Orly le 1er aooût 2020 (Image d'illustration). voyage
Coronavirus : les voyageurs hors-UE devront présenter un test négatif pour entrer en France

Elle passera en revanche de 1 à 1,5 euro pour les 3 étoiles, et de 1,5 à 2,25 euros pour les 4 étoiles, et doublera pour les 5 étoiles passant de 1,5 à 3 euros. Enfin, une taxe spécifique aux palaces (jusqu'ici classés dans les 5 étoiles et plus) est instaurée à 4 euros.

Pas d'augmentation pour les palaces

"Cette taxe existe déjà, elle demeure facultative, son produit ne rentre pas dans le budget de l'État, les communes sont libres d'appliquer les plafonds ou non", a rappelé le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert.

Plusieurs députés PS ont tenté en vain de relever le plafond pour les hôtels de quatre étoiles et plus. "Les Berlinois taxent bien davantage leurs touristes et, à Genève, on est largement au-dessus (de Paris)", a défendu Sandrine Mazetier. "La défense du pouvoir d'achat de la clientèle des palaces ne devrait pas être une priorité de la gauche", a renchéri Pascal Cherki.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tourisme Assemblée nationale Taxe de séjour
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants