2 min de lecture Grèce

Stéphan Pélissier : "À travers moi, la justice grecque veut faire un exemple"

Condamné à 7 ans de prison ferme par la Grèce pour avoir sauvé ses beaux-parents de l'enfer Syrien, Stéphan Pélissier lance un appel à l'aide au gouvernement.

fallait l'inviter- L'Entretien du jour Thomas Sotto
>
Stéphan Pélissier : "À travers moi, la justice grecque veut faire un exemple" Crédit Image : BULENT KILIC / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
et La rédaction numérique de RTL

Puni pour avoir sauvé sa belle-famille de l'enfer syrien. Stéphan Pélissier a été condamné par la justice grecque à 7 ans de prison ferme ou à 27.000 euros d'amende pour avoir tenté de ramener sa belle-famille en France. Contraint, dans un premier temps, à payer 13.000 euros d'amende, la justice grecque vient de lui ajouter un droit d'accroissement de 14.000 euros. Dans l'incapacité de réunir cette somme, cet Albigeois n'a eu d'autre choix que de faire appel : "On repart pour deux ans de calvaire si personne ne nous aide", explique-t-il au micro de RTL.

Stéphan Pélissier est juriste à La Poste et vit à Albi avec sa femme, d'origine syrienne, avec laquelle il est marié depuis 2012. En août 2015, ses beaux-parents et son beaux-frères sont menacés, craignant pour leur vie ils décident de quitter la Syrie pour rejoindre l'Europe, particulièrement la France. Arrivés sur l'île de Samos, en Grèce, ils décident de prendre un bateau pour l'Italie, une traversée extrêmement dangereuse. "Quand ils nous ont annoncé qu'ils allaient faire cette grande traversée, on ne pouvait rester comme cela", explique Stéphan Pélissier. 

Si c'était à faire, je le referais

Stéphan Pélissier
Partager la citation

Avec sa femme, ils décident donc d'intervenir et rejoignent ses beaux-parents au port de Patras, en Grèce. Il réussit à acheter des billets pour toute sa belle-famille, mais se fait contrôler avant de monter dans le ferry. Placé en détention, il est accusé d'être un passeur par les autorités grecques. 

Si ses beaux-parents sont en sécurité et ont obtenu le statut de réfugiés politiques, Stéphan Pélissier demande l'aide du gouvernement pour annuler sa condamnation : "Je demande, soit l'arrêt des poursuites, soit qu'on puisse négocier ce droit d'accroissement de 14.000 euros, qui ne figure même pas sur la décision", affirme-t-il au micro de RTL. "Je lance un appel très clair au gouvernement : s'il faut que j'aille prendre des mesures extrêmes type grève de la faim ou m'attacher au grille de l'Élysée, je le ferais". 

À lire aussi
Italie : un réseau de passeurs de migrants démantelé. Migrants
Italie : un réseau de passeurs de migrants démantelé, des liens avec la Grèce

"On apprend sur le banc de l'école de la République le devoir de mémoire. Certains au nom de l'humanité, de la fraternité, se sont rebellés. J'ai fait ça. Si c'était à refaire, je le referais", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grèce Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants