1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Soupçons de viols en Centrafrique : l'ONU et la France auraient-ils tenté d'étouffer l'affaire?
1 min de lecture

Soupçons de viols en Centrafrique : l'ONU et la France auraient-ils tenté d'étouffer l'affaire?

REPLAY - Deux semaines après la révélation du scandale par le quotidien "The Guardian", de nombreuses questions se posent encore aujourd'hui sur les accusations de viols d'enfants par des soldats en Centrafrique.

c
c
Crédit : RTL
Soupçons de viols en Centrafrique : l'ONU et la France auraient-ils tenté d'étouffer l'affaire ?
03:32
micro generique
La rédaction de RTL

Deux semaines après la révélation du scandale par le quotidien The Guardian, de nombreuses questions se posent encore aujourd'hui sur les accusations de viols d'enfants par des soldats en Centrafrique.

En regardant l'ordre chronologique des événements, les procédures d'enquête semblent avoir été extrêmement longues. Ces allégations de viols remontent au moins à l'été dernier. Les faits se seraient déroulés pendant les six premiers mois de l'année dernière, plus précisément entre décembre 2013 et juin 2014, et le premier rapport d'enquête a été rédigé en juin 2014.

Dans une enquête interne de l'ONU, des témoignages recueillis par une experte de l’UNICEF révèlent les accusations des enfants âgés de 8 à 11 ans envers des militaires facilement identifiables. Devant l'immobilisme de la machine onusienne et malgré la confidentialité du rapport, un haut fonctionnaire suédois des Nations unies a décidé de court-circuiter sa hiérarchie et de transmettre directement le rapport aux autorités françaises. 

C'est alors qu'en juillet 2014, des enquêteurs français partent à Bangui en Centrafrique pour constater de visu les faits mais la justice française va se "hâter très lentement". Samantha Power, l'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, reproche à la France d'avoir traîné les pieds pour enquêter : "Tout le monde est inquiet du temps de réaction entre les faits et le moment où les autorités compétentes ont pris les mesures nécessaires".

Quand des accusations de ce type sont portées, la rapidité d’exécution est essentielle, voire impérative.

Samantha Power, ambassadrice des États-Unis aux Nations unies
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/