2 min de lecture Transports

SNCF - 2.000 passagers toujours bloqués dans le Sud-Ouest : ce que l’on sait

Des enfants dormant à même le sol, des conditions sanitaires limites... Des milliers de voyageurs, se trouvant à bord de trois trains bloqués sur la voie dans le sud-ouest, ont vécu une nuit de galère de dimanche à ce lundi 31 août.

>
SNCF : 3.000 passagers sont toujours bloqués dans le Sud-Ouest, ce que l'on sait Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Arnaud Tousch | Durée : | Date :
Arnaud Tousch
Arnaud Tousch
et Laura Maucci

Les voyageurs sont partis hier, dimanche 30 août, d'Hendaye, et devaient arriver à Paris en fin d'après-midi. Mais ils n'ont pas passé Bordeaux. Après des heures et des heures d'attente, la SNCF a finalement pris la décision de rebrousser chemin, créant 3.000 naufragés du rail.

Tout a commencé hier, dimanche 30 août, avec un TGV Bayonne-Paris. Sur son passage, le train a endommagé des stations électriques ainsi que son pantographe, le tout sur une centaine de kilomètres. Problème : cette voie est devenue inutilisable. Une voie de secours a été ouverte afin que le trafic puisse continuer. Une procédure rare, mais sécurisée, puisque cela se fait à 20 km/h maximum.

Un TGV a donc emprunté cette voie de secours, mais malheureusement, il rencontre lui aussi des problèmes électriques. Ce même train, avec 1.000 personnes à son bord, a passé la nuit sur place et est en cours de transbordement. Il devrait arriver à Bordeaux dans la matinée, alors qu'il devait arriver à Paris hier soir.

2.000 personnes bloquées en gare d'Hendaye

Derrière ce train, étaient lancés deux autres TGV qui n'ont pas pu continuer leur chemin. Ils ont été jumelés pour faire demi-tour dans la nuit. Résultat, 2.000 personnes se trouvent actuellement en gare d'Hendaye, prises en charge par la sécurité civile. 4.000 masques et des petits-déjeuners viennent d'être distribués.

À lire aussi
Deux wallabys ont perturbé le trafic TER en Vendée lundi 21 septembre faits divers
Vendée : le trafic ferroviaire ralenti par deux wallabys

Parmi ces passagers, se trouve Norman, qui se dit à bout. "Je suis arrivé à la gare avec ma famille à 15h hier. On n'a pas d'eau, pas de nourriture. On nous dit finalement qu'il n'y aura pas d'hôtel parce que c'est trop tard. Les trains sont transformés en dortoir," raconte ce père de famille. "Mon fils a dormi par terre. Je l'ai allongé, j'ai mis une serviette pour pas qu'il soit en contact avec la moquette. C'était compliqué de le faire dormir."

On est bien là, c'est la boîte à Covid, c'est royal !

Norman, passager du train Bayonne-Paris
Partager la citation

Les passagers bloqués sont restés confinés toute la nuit, dans des conditions sanitaires limites. "Il n'y a plus de papier toilette, on est très rapprochés. Il y a du monde, le train est blindé. On est bien là, c'est la boîte à Covid, c'est royal," ironise Norman.

Béatrice a également passé une nuit blanche et décrit un enfer. "Il y a des enfants devant moi qui dorment, épuisés car ils ont beaucoup pleuré. Il y a des personnes âgées... Chacun est entré avec son masque en pensant rester 4h dans le train. Evidemment, on n'a pas pris une collection de 5 masques pour y rester 20 heures. Ca rend les gens en colère," déclare cette voyageuse.

Ces passagers ne sont malheureusement pas au bout de leur peine. La circulation entre Hendaye et Bordeaux est désormais impossible jusqu'à... demain matin, mardi. La voie normale et celle de secours sont impraticables. Une cellule de crise a été ouverte pendant la nuit, et la SNCF avait annoncé qu'elle rembourserait les passagers à hauteur de 300% et prendra en charge tous les frais annexes. Ce lundi matin, le ministre chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari a assuré auprès de nos confrères de RMC que "la SNCF remboursera les billets à hauteur de 300%".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports SNCF TGV
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants