1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Secours populaire : les demandes d'aides en hausse de 15% sur un an
2 min de lecture

Secours populaire : les demandes d'aides en hausse de 15% sur un an

La pauvreté se fait de plus en plus ressentir chez les Français, qui décident parfois de faire l'impasse sur la santé pour conserver du pouvoir d'achat.

Selon les chiffres rendus ce jeudi 11 septembre par le Secours populaire, le taux de pauvreté s'aggrave en France (illustration).
Selon les chiffres rendus ce jeudi 11 septembre par le Secours populaire, le taux de pauvreté s'aggrave en France (illustration).
Crédit : AFP / THOMAS SAMSON
Julien Absalon
Julien Absalon

La pauvreté gagne du terrain en France. Pour sa rentrée, le Secours populaire a présenté mardi 5 septembre les résultats d'une étude commandée auprès d'Ipsos. Le constat est sans appel. Plus d'un Français sur deux (55%) craint que sa vie quotidienne ne soit menacée par la pauvreté, alors qu'ils étaient déjà 45% avant la crise économique de 2007. Ils ne sont pas plus optimistes pour les générations futures, puisque 83% estiment que les risques de connaître une situation de pauvreté sera plus importante pour leurs enfants. Outre ces impressions, les constatations concrètes sont encore plus révélatrices de la réalité du terrain. En l'espace d'un an, le Secours populaire affirme avoir vu ses demandes d'aide augmenter de 15%.

Cette hausse importante vient confirmer la tendance précédemment évoquée au micro de RTL par Julien Lauprêtre, le président de l'association, affirmant que le seuil des 2,8 millions de personnes aidées en 2014 avait été dépassé en 2015. Une situation que l'ancien résistant avait qualifié de "raz-de-marée de la misère" concernant tout particulièrement "les familles monoparentales et de plus en plus de jeunes".

La santé sacrifiée

Chez les Français les plus pauvres, dont le revenu net mensuel du ménage se trouve sous les 1.200 euros, cet accroissement de la précarité se traduit notamment par un sacrifice de la santé. Le dixième baromètre Ipsos du Secours populaire montre notamment que 50% d'entre eux ont déjà renoncé à effectuer une consultation chez le dentiste (+22% par rapport à 2008). Pour la consultation chez l’ophtalmologiste, 39% répondent également par l'affirmative, ce qui représente une hausse de 9 points en huit ans.

Compte tenu de leurs difficultés financières, 64% des personnes les moins aisées interrogées expliquent avoir du mal à payer certains actes médicaux mal remboursés par la Sécurité sociale. En dehors du domaine de la santé, partir en vacances au moins une fois par an représente un problème pour 73% des Français aux faibles revenus. Accéder à des biens ou des activités culturelles présente également des difficultés (72%), tout comme le règlement des dépenses d'énergie (68%), les charges immobilières (59%) ou encore le paiement des frais de transport (59%).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/