1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Santé, chômage, voiture... Ce qui change au 1er avril 2015
3 min de lecture

Santé, chômage, voiture... Ce qui change au 1er avril 2015

Que ce soit au niveau social ou économique, différentes mesures entrent en vigueur ce mercredi 1er avril.

Le logo de pôle emploi lors d'un forum sur l'emploi (illustration)
Le logo de pôle emploi lors d'un forum sur l'emploi (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Chaque premier jour du mois est souvent l'occasion de faire le point sur les différents changements qui entrent en vigueur. Le 1er avril n'échappe pas à la règle avec des évolutions concernant les retraites, les allocations familiales, les complémentaires santé ou le prix du gaz par exemple. 

L'indemnisation pour certains chômeurs

Une allocation chômage plus élevée moins longtemps ou une indemnité plus faible mais plus longtemps. C'est le choix que vont dorénavant pouvoir faire les chômeurs. Environ 120.000 chômeurs, lésés par le nouveau système des droits rechargeables mis en place en octobre 2014, sont concernés par ce "droit d'option". Pour cela, il faut avoir retravaillé au moins quatre mois et percevoir une allocation journalière de 20 euros maximum ou une allocation dont l'écart avec les anciens droits est d'au moins 30%. 

Ainsi, quelque 383.000 demandeurs d'emploi en France perçoivent une allocation chômage inférieure à leurs derniers droits acquis. Parmi eux, 119.000 sont particulièrement pénalisés avec un écart d'au moins 30% entre anciens et nouveaux droits.

La hausse des allocations familiales

Le complément attribué aux familles nombreuses est revalorisé. Les familles de trois enfants dont les revenus ne dépassent pas 23.000 euros par an vont voir leur allocation augmenter de 18,50 euros par rapport à l'année 2014, soit 203,50 euros par mois. Environ 400.000 familles sont concernées. 

À écouter aussi

L'allocation de soutien familial, distribuée aux parents isolés, est aussi relevée de 4,75 euros par mois. Elle atteint 99,75 euros par enfant.

Plafonnement des remboursements des complémentaires santé

Les complémentaires santé vont devoir désormais respecter un plafond de remboursement. Dans le cas contraire, celles-ci seront taxées et coûteront donc plus cher aux assurés. Une manière d'inciter les professionnels de santé, notamment les opticiens à modérer leurs tarifs. Pour les lunettes, le remboursement sera dès lors compris entre 50 et 470 euros pour des verres simples et entre 200 et 850 euros pour des verres complexes.

Une amélioration bienvenue pour les professionnels même si certains espéraient un plafond encore plus bas. "Il est largement au-dessus du prix moyen. On pensait que l'on pouvait mettre un plafond inférieur pour tirer les prix vers le bas pour que les gens soient mieux couvert et permettre une égalité d'accès aux soins", a déclaré Jean-Martin Cohen Solal au micro de RTL

Un bonus de 10.000 euros pour les voitures propres

Pour l'achat d'une voiture dite "propre" et la mise en rebut d'un ancien véhicule diesel, les acheteurs pourront dorénavant bénéficier d'un bonus de 10.000 euros, a annoncé le ministère de l'Écologie. Annoncé le 4 février, ce dernier serait un complément aux aides financières existant déjà pour l'achat d'un véhicule neuf et qui peuvent s'échelonner jusqu'à 6.300 euros. 

Ce bonus est valable pour les particuliers, les entreprises et les collectivités mais uniquement pour les véhicules particuliers et non les véhicules utilitaires.

Hausse du prix du gaz

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par GDF Suez à plus de 7 millions de foyers français, augmenteront de 0,58% en moyenne, hors taxes, selon une annonce de la Commission de régulation de l'énergie le 26 mars. Pour les foyers se chauffant au gaz, la hausse sera de 0,7%, détaille le régulateur alors qu'elle ne sera que de 0,2% pour ceux qui n'utilisent le gaz qu'à des fins culinaires. Enfin, la hausse sera de 0,4% pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude. 

Depuis le 1er janvier 2014, les tarifs ont diminué en moyenne de 6,8%. Ces tarifs constituent un prix de détail qui n'inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez. Ils sont révisés mensuellement.

La reprise des expulsions locatives

Comme chaque année, les expulsions locatives vont pouvoir reprendre dès ce mercredi 1er avril. En vigueur du 1er novembre au 31 mars, la trêve hivernale interdit toute expulsion d'un locataire durant cette période, sauf si un relogement lui est assuré. Cela permet de protéger des locataires susceptibles de subir une expulsion en cas d'impayés successifs. Plusieurs milliers de personnes pourraient se retrouver à la rue alors qu'en 2011, la Fondation de l'Abbé Pierre estime que les forces publiques ont réalisé 13.000 expulsions

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/