1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Salah Abdeslam : "La France cherche une tête à mettre sur un pic, et c'est la mienne", aurait confié le terroriste à son frère
2 min de lecture

Salah Abdeslam : "La France cherche une tête à mettre sur un pic, et c'est la mienne", aurait confié le terroriste à son frère

REPLAY - Mohamed Abdeslam a pu s'entretenir pendant une heure avec son frère Salah qui s'est confié sur le 13 novembre et sa cavale. Il raconte ce qu'il lui a dit.

Photo de Salah Abdeslam sur l'appel à témoins diffusé par la police française en 2015
Photo de Salah Abdeslam sur l'appel à témoins diffusé par la police française en 2015
Crédit : DSK / POLICE NATIONALE / AFP
Salah Abdeslam : "La France cherche une tête à mettre sur un pic, et c'est la mienne", a confié le terroriste à son frère
00:55
Arnaud Tousch & La rédaction numérique de RTL

La justice belge a donné son feu vert à la remise aux autorités françaises de Salah Abdeslam, visé par un mandat d'arrêt européen des juges chargés de l'enquête en France. Dès lors, ce transfèrement doit intervenir dans un délai de dix jours. Une fois en France, Salah Abdeslam sera présenté aux juges antiterroristes pour sa mise en examen, avant un probable placement en détention provisoire. Pour le moment, Salah Abdeslam est toujours incarcéré à la prison de Bruges. Son frère Mohamed, qui vit avec le reste de sa famille à Molenbeeck, lui a rendu visite vendredi 1er avril. Il rapporte à RTL des propos qui en disent plus sur la ligne de défense que le terroriste adopte. 

Pendant près d'une heure au parloir, à travers une vitre, Salah Abdeslam s'est confié à son frère. Ce dernier affirme que son cadet commence à s'exprimer sur les attentats du 13 novembre. "Je me suis fait entraîner dans le truc. Je n'étais pas au courant, jusqu'à la dernière minute, c'était top-secret. Il n'y a personne qui pouvait savoir, aurait-il expliqué."

"C'est une fois arrivés à Paris que tous les terroristes ont été informés, un à un, de leur mission macabre. Il y aurait pu avoir plus de victimes, mais je n'ai pas été au bout de ma mission", a-t-il poursuivi selon les propos de son frère. Salah Abdeslam évoque également son autre frère, Brahim, mort en se faisant exploser au Comptoir Voltaire. "C'est lui qui menait la danse. Quand je devais faire quelque chose, moi je le faisais". 

Je ne pouvais pas me rendre, j'étais cloîtré comme si j'étais en prison.

Salah Abdeslam à son frère Mohamed

En cavale, Salah a entendu l'appel de son frère à se rendre, quelques jours après les attentats. "Je ne pouvais pas, j'étais cloîtré, comme si j'étais en prison. Sur le moment même, je n'ai pas osé me rendre. Le destin a voulu qu'ils m'arrêtent", plaide-t-il. "J'ai un sentiment de soulagement après avoir été arrêté. Mais maintenant, je sais que la France recherche une tête pour faire payer tout ça. Ils recherchent une tête à mettre sur un pic, et c'est la mienne".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/