2 min de lecture Islam

"Salafistes" : pourquoi le film choc sur "la charia au quotidien" pourrait être interdit aux moins de 18 ans

INVITÉS RTL - Les réalisateurs François Margolin et Lemine Ould Salem se défendent de faire de la "propagande" pour les salafistes avec leur film qui sort en salles le 27 janvier.

CHOQUET_245x300 L'Homme du jour Isabelle Choquet iTunes RSS
>
"Salafistes" : pourquoi le documentaire choc qui montre "la charia au quotidien" pourrait être interdit aux moins de 18 ans Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
et Julien Absalon

C'est un film choc qui fait déjà polémique. En salles à partir de mercredi 27 janvier, Salafistes donne la parole à des musulmans prônant un retour aux fondamentaux de l'islam. Lors de la présentation de ce documentaire au Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz, la seconde projection a failli être annulée et le Centre national du cinéma (CNC) a préconisé une interdiction aux spectateurs de moins de 18 ans, une mesure pourtant très rare. La faute notamment à des scènes particulièrement violentes pour montrer l'application de la charia. Il y a ainsi, entre autres, des images montrant un homme se faisant couper la main ou celles d'une exécution publique. Néanmoins, les deux réalisateurs, François Margolin et Lemine Ould Salem, ne comprennent "absolument pas" cette levée de boucliers.

"Je pensais qu'on aurait éventuellement des problèmes avec des gens interviewés mais pas du tout avec le gouvernement français. Or, ce qui s'est passé là est très étrange. On ne fait pas de la propagande, on ne tombe pas dans le sensationnalisme, on n'est pas dans la fascination pour les images de Daesh. On essaie justement de couper les séquences avant qu'il y ait des choses insupportables. Par contre, on voulait montrer que les images de Daesh font partie intégrante de leur combat et que c'est une arme comme les autres", explique François Margolin, lundi 25 janvier, au micro de RTL.

Ne pas confondre salafisme et jihadisme

En faisant ce film, les auteurs ont voulu permettre aux spectateurs de comprendre qui sont les salafistes et "ce qu'est la charia (aussi appelée loi islamique, ndlr) au quotidien". Pour cela, ils se sont notamment rendus à Tombouctou (Mali) où ils ont dû se plier aux règles fixées par leurs interlocuteurs. "Nous savions que s'ils nous acceptent, c'est pour que leur parole soit entendue ailleurs. Sauf que nous ne sommes pas venus pour cela mais en se posant les questions que tout le monde se pose, y compris les habitants de Tombouctou qui ne connaissaient pas ces gens-là", affirme le journaliste mauritanien Lemine Ould Salem.

Il faut que le film soit vu

François Margolin
Partager la citation
À lire aussi
Djamila Boutouatou à Bagdad Daesh
VIDÉO - Une Française condamnée pour jihadisme en Irak "regrette d'avoir été naïve"

Le film permet ainsi de comprendre que le salafisme est un "vaste courant" à ne pas confondre avec le jihadisme. "L'écrasante majorité des salafistes sont comme l'écrasante majorité des musulmans : ce sont des quiétistes pacifistes qui ne sont pas du tout partisans du jihad. Mais les jihadistes parmi eux sont les acteurs les plus médiatiques et les plus présents sur le terrain", précise Lemine Ould Salem. François Margolin note cependant des points communs dans leur idéologie : "Ils sont contre la démocratie, ils pensent que les femmes ne sont pas l'égal des hommes, que les homosexuels doivent être lapidés, sont pour les prises d'otages et, certains, pour les égorgements".

Les deux réalisateurs espèrent en tout cas que Fleur Pellerin, ministre de la Culture, "changera la décision" du CNC. "Il faut que le film soit vu. C'est un travail de citoyen et salut public. On a déjà des projections prévues dans les banlieues avec des professeurs qui trouvent le film formidable", assure François Margolin persuadé que "le spectateur français est suffisamment intelligent".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Islam Religions Jihad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781545823
"Salafistes" : pourquoi le film choc sur "la charia au quotidien" pourrait être interdit aux moins de 18 ans
"Salafistes" : pourquoi le film choc sur "la charia au quotidien" pourrait être interdit aux moins de 18 ans
INVITÉS RTL - Les réalisateurs François Margolin et Lemine Ould Salem se défendent de faire de la "propagande" pour les salafistes avec leur film qui sort en salles le 27 janvier.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/salafistes-pourquoi-le-film-choc-sur-la-charia-au-quotidien-pourrait-etre-interdit-aux-moins-de-18-ans-7781545823
2016-01-25 21:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Nf6DLHl58xeM7wv0fEjimA/330v220-2/online/image/2016/0125/7781547577_francois-margolin-et-lemine-ould-salem-invites-de-rtl-lundi-25-janvier.PNG