1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Saint Laurent bannit la fourrure animale dans toutes les collections
1 min de lecture

Saint Laurent bannit la fourrure animale dans toutes les collections

Ce vendredi 24 septembre, le groupe Kering, qui regroupe notamment les marques de haute couture Saint Laurent, Gucci, Balenciaga et Alexander McQueen, a annoncé retirer définitivement la fourrure animale de ses défilés dès 2022.

Le défilé automne-hivers de Saint Laurent, le 26 février 2019 à Paris.
Le défilé automne-hivers de Saint Laurent, le 26 février 2019 à Paris.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Saint Laurent bannit la fourrure animale dans ses collections
01:59
Virginie Garin - édité par Florise Vaubien

Une petite révolution dans le monde de la mode : Saint Laurent a décidé de bannir la fourrure animale. Le groupe Kering, qui regroupe notamment les marques de haute couture Saint-Laurent, Gucci, Balenciaga et Alexander McQueen, a annoncé, ce vendredi 24 septembre, que la fourrure ne sera plus utilisée dès les collections de l'automne 2022. Est-ce la fin des tendances vison automne-hiver ? 

Depuis sept ans, les grandes marques abandonnent les fourrures les unes après les autres. Parmi les premières : Clavin Klein qui avait cédé aux pressions des ONG. L'association de protection des animaux Peta avait recouvert de tags les bureaux de la marque à New York. Puis d'autres enseignes, Gucci, Chanel, Balanciaga et Versace lui avaient emboîté le pas. 

Même si les cols d'anoraks en fourrure étaient revenus à la mode dans le prêt-à-porter, les tendances sont majoritairement dictées par l'industrie du luxe. Ainsi, la fourrure pourrait donc devenir ringarde. Il reste le numéro 1 du luxe, LVMH, appelé par la fondation Brigitte Bardot à rejoindre ce mouvement. Mais la firme refuse : elle avance avoir créé une charte du bien-être animal qui interdit les fourrures d'espèces en danger. 

Bientôt la fin des élevages de visons ?

La fourrure est majoritairement produite en Asie, au Danemark mais aussi en France. Dans notre pays, il reste quatre fermes d'élevage de visons dans des conditions dénoncées par des ONG. Les Belges et les Norvégiens ont eux d'ores et déjà fermé ce type d'élevage. La France devrait également y mettre un terme, mais pas avant 2025. 

À lire aussi

Rappelons que ces réservoirs sont propices à l'émergence de virus : l'an dernier, plusieurs élevages touchés par le coronavirus avaient été identifiés et risquaient de transmettre à l'Homme des variants de l'épidémie. Le Danemark, premier exportateur mondial, avait dû abattre 15 millions de visons. Un type d'élevage qui n'a désormais plus beaucoup d'avenir. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/