4 min de lecture Voyage

S'envoler pour la Corée du Nord avant d'entamer ses études

REPLAY - Chaque année, plusieurs étudiants français partent le temps de quelques semaines afin de s'imprégner de la langue et la culture nord-coréennes.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Adeline François : s'envoler pour la Corée du Nord avant d'entamer ses études Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Après le bac, partir en Corée du Nord, pourquoi pas ? S'offrir un séjour d'un ou deux mois, pour apprendre la langue, s'imprégner du pays... Le ministère des Affaires étrangères déconseille fortement ces séjours nord-coréens et pourtant... Selon Le Figaro, depuis 2015, une poignée d'étudiants français part chaque année  en Corée du Nord pour rejoindre les bancs de l'université Kim il-sung à Pyongyang?  Ils y travaillent le coréen  entre trois et cinq heures par jour et sont surveillés en permanence par un "dongmu", un étudiant nord-coréen, sorte de chaperon. Ces échanges sont organisés par un ancien prof de l'institut national des langues et civilisation orientales, il est le seul à avoir noué des relations académiques entre la France et le régime de Pyongyang. Bryan fait partie des premier étudiants français qui ont participé à un tel séjour, il y a passé 40 jours en 2015. Il faut, dit-il, avoir une démarche de chercheur, observer et respecter les premier jours puis  commencer à parler et à explorer. "Moi, là-bas j'ai pu prendre le bus et aller manger une glace tout seul". 

L'expérience a en revanche tourné au cauchemar pour Louis. Après deux mois passés dans un hôtel glacial  qu'il n'était pas autorisé à quitter, il s'est retrouvé dans un état mental proche de la dépression et a du être rapatrié en France d'urgence. La prochaine promotion s'envolera à la fin de l'été 2017, une petite formation est dispensée aux élèves avant le départ. Une fois sur place, ne parlez pas de la dynastie Kim, ne critiquez rien ni personne. Et n'emportez pas d'affiches de propagandes. C'est en voulant en emporter une qu'un étudiant américain s'est retrouvé emprisonné pendant 17 mois,  avant d'être renvoyé aux États-Unis, où il est mort la semaine dernière.

Des députés également en terre inconnue

 "Le bal des débutants", titre en une le Parisien-Aujourd'hui en France, "Baptême du feu pour les marcheurs", en une du Figaro. Des marcheurs salués d'une certaine façon par Jean-Pierre Raffarin qui annonce dans la Nouvelle République son retrait de la vie politique : "le moment est pertinent", dit-il. "La jeune génération politique prend le pays en main et c'est heureux." Mieux vaut tout de même d'abord en connaitre un peu les rouages alors Les Échos proposent une visite guidée pour les néophytes qui vont découvrir le fonctionnement d'une institution aux nombreux cercles d'influences. Le journal explique comment fonctionne la buvette de l'assemblée nationale, cet endroit ou se dénouent les problèmes et ou se nouent les compromis; et puis la salle des quatre colonnes, où il ne s'agit que de voir ou d'être vu. C'est le lieu de rencontre entre les députés et les journalistes, le royaume des bons mots, des coups de gueule et des tacles assassins. Les députés réélus le 18 juin n'étaient pas ceux qui s'y rendaient le plus, note les Échos...

À lire aussi
Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa Propulsé
SpaceX : pourquoi le milliardaire s'envolera-t-il avec des artistes ?

Conseils aux femmes de l'Assemblée

"Mesdames les députées",  titre en une La Croix. Avec 40% de femmes dans l'hémicycle, elles n'ont qu'a bien se tenir prévient le journal, surtout si elles sont jeunes et sans expérience politique. C'est ainsi: on pense généralement en France que l'âge et l'expertise sont gages de compétence. L'accueil des 224 députées, ces derniers jours, n'a connu aucun accroc, et à voir les sourires de part et d'autre, il semble même chaleureux. Oubliés les brocards phallocrates que connurent en d'autres temps les gradins du Palais-Bourbon, et "c'est tant mieux s'exclame", Florence Couret dans La Croix  avant de conclure : " ni meilleures ni pires (que les hommes), les femmes sont attendues partout où les décisions se prennent, partout où la société fait mouvement, parce qu’elles constituent la moitié de l’humanité, et non parce qu’elles seraient dotées de qualités dont seraient dépourvus les hommes".

Couac au gouvernement

Le ministre de l'Agriculture contre le ministre de l'Écologie, les pesticides contre les abeilles... "Matignon règle dare-dare le conflit", en une de 20 minutes. "Matignon pris dans le pot de miel", pour Libération. Christophe Lucet dans Sud-Ouest, pense que ce n'est quele premier dossier sensible pour Nicolas Hulot, "qui sait que derrière ces braves abeilles se profilent aussi quelques belles couleuvres qu'il faudra bien avaler sans s'étrangler", . Hervé Chabaud dans l'Union l'ardennais ironise sur ce nouveau ministre de l'Agriculture déjà bizuté: "lorsque Stéphane parle à tort et à "Travert", ça bourdonne dans les ruches de l'exécutif!"

Lire aussi dans les Échos, un son de cloche un peu différent sous la plume de David Barroux qui fait le parallèle avec le nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté aux frontières française... Si les pesticides sont mauvais, les interdire sur notre territoire ne règle rien ou presque: ils finiront par arriver chez nous par les airs ou sous forme de produits transformés. c'est à Bruxelles qu'il faut leur barrer la route. Les interdire seulement à Paris, c'est vouloir faire croire que la France est un exemple et que nous avons souvent raison seul quand les autres auraient tort ensemble.

L’œuf ou la poule ?

 Vous êtes vous jamais demandé  pourquoi l’œuf avait cette forme et surtout pourquoi la forme de l’œuf variait en fonction  de l'oiseau qui le pondait ?  Heureusement  il y a toujours des scientifiques pour  s'aventurer en terre inconnue et répondre aux questions existentielles qu'on ne s'était jamais posées;  C'est à lire dans science et avenir et le Figaro: des chercheurs américains  viennent de résoudre ce vieux mystère de la forme de l’œuf, qui ne dépend ni  de la forme du nid ni d'un régime particulier mais de  la capacité à voler des oiseaux,  de leur aérodynamisme... Les oiseaux qui volent beaucoup ont besoin d'un œuf assez gros pour assurer la bonne santé de leur progéniture, tout en gardant un corps assez fin pour le vol. La solution : des œufs plus pointus et plus allongés, qui permettent d'augmenter le volume sans augmenter la largeur. Par conséquent, on résout un autre mystère, écrit le Figaro, il est maintenant sur que l’œuf a précédé la poule.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voyage Corée du Nord Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789126486
S'envoler pour la Corée du Nord avant d'entamer ses études
S'envoler pour la Corée du Nord avant d'entamer ses études
REPLAY - Chaque année, plusieurs étudiants français partent le temps de quelques semaines afin de s'imprégner de la langue et la culture nord-coréennes.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/s-envoler-pour-la-coree-du-nord-avant-d-entamer-ses-etudes-7789126486
2017-06-27 10:55:47
https://cdn-media.rtl.fr/cache/QNHPtY1azHgPBMahe7BK1Q/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798695_adeline-francois.gif