1 min de lecture Travail

Ricard : des salariés accusent l'entreprise de les avoir forcés à boire

Trois salariés de l'entreprise Pernod Ricard ont décidé de dénoncer la "pression permanente" de leur hiérarchie pour boire au travail, explique "Le Parisien" ce lundi 18 novembre. "On buvait plus de 40 verres par jour", confie l'un d'entre eux.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Ricard : des salariés accusent l'entreprise de les avoir forcés à boire Crédit Image : PASCAL PAVANI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Camille Descroix

Des témoignages accablants. Trois salariés accusent l'entreprise Pernod Ricard, numéro 2 mondial des vins et spiritueux, des les avoir forcés à boire, relate Le Parisien ce lundi 18 novembre. Philippe, 50 ans, se souvient des cadences infernales des ferias, "à picoler de midi à 16h, puis de 21h à 2h du matin".

Les commerciaux choisis étaient les plus résistants à l'alcool : "On buvait plus de 40 verres par jour", confie-t-il dans les colonnes du Parisien. Si je refusais un verre, mon chef me disait 'bah alors, tu n'aimes pas les produits que tu vends ?", ajoute-t-il. Jamais sa hiérarchie ne l'a freiné.

Il a choisi de témoigner pour "éviter que des gens deviennent alcooliques sans même s'en rendre compte". Amélie, toujours en poste, a décidé de poursuivre l’entreprise aux Prud'hommes. En attendant, elle est en arrêt maladie à cause de l'alcool. Elle raconte le rituel de l'entreprise : pastis le midi, après une réunion, le soir ou avec les clients. "C’est la culture de l'entreprise : si on dit non, on est mal perçu", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Alcool Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants