2 min de lecture Grève

RER A : les difficultés pourraient se poursuivre vendredi

Les syndicats n'ayant pas donné de consigne pour la poursuite de la grève, les difficultés pour les passagers pourraient continuer vendredi.

Les usagers parisiens du RER A à la station Châtelet-Les Halles, le 29 janvier 2015.
Les usagers parisiens du RER A à la station Châtelet-Les Halles, le 29 janvier 2015. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFPSTEPHANE DE SAKUTIN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les centaines de milliers de voyageurs de la ligne A du RER pourraient connaître à nouveau des difficultés vendredi, les syndicats ne donnant pas de mot d'ordre aux conducteurs qui s'étaient spontanément mis en grève ce jeudi 29 janvier provoquant la paralysie du trafic.

Le cauchemar pour 1,2 million de passager est né d'un arrêt de travail spontané des conducteurs pour dénoncer l'agression d'un des leurs qui a entraîné l'interruption du trafic une partie de la journée, puis de nouveau en soirée.

Vendredi, ce pourrait être partie remise puisqu'une réunion avec la direction s'est terminée jeudi soir sur "un constat de désaccord". "Il n'y a aucun mot d'ordre, le mouvement appartient aux conducteurs, à eux de décider", a déclaré à l'issue de la réunion Thierry Babec de l'Unsa RATP.

Il y aura des trains demain matin c'est sûr, mais combien ?

Thierry Babec, Unsa RATP
Partager la citation

"Si le travail ne reprend pas demain matin, l'entreprise fera tourner tous les effectifs disponibles d'encadrement. Il y aura des trains demain matin c'est sûr, mais combien ?", dit-il.

À lire aussi
Contre la réforme des retraites, les manifestants se sont munis de pancartes pour exprimer leur colère, jeudi 5 décembre à Paris. Emmanuel Macron
Réforme des retraites : "Macron dit tout et son contraire", selon Natacha Polony

Dans une note, la direction promet une réunion de travail vendredi. En cas d'incident, la RATP "s'engage à compléter le dispositif actuel" de manière "à le rendre conforme aux souhaits exprimés par le personnel de conduite".

La grève n'est pas "la bonne réponse" pour VIdalies

Le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies, "solidaire" du conducteur, a jugé que l'interruption du trafic "ne (pouvait) constituer la bonne réponse".

"L'interruption spontanée du trafic sans respect des règles de préavis n'est pas une réponse appropriée à ce genre de situation", a également estimé le PDG de la RATP Pierre Mongin, tout en condamnant "fermement" une "inadmissible agression".

Conducteur agressé

Les conducteurs ont cessé le travail à leur prise de service en apprenant l'agression de leur collègue, mercredi soir en gare de Torcy.

Selon une source policière, un passager s'est fait coincer la main lors de la fermeture d'une porte et le signal d'alarme a été activé. "Énervé", l'homme a donné "un coup de tête" au conducteur qui avait quitté sa cabine "pour réarmer le système d'alarme", avant de prendre la fuite. Le conducteur a eu le nez fracturé.

Le trafic du RER A a repris partiellement et progressivement à partir de 16h30 mais les derniers trains de la journée partaient à 19h des terminus, selon la RATP, qui a renforcé des lignes de métro et mis en place des bus de substitution.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève RER Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants