1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. REP, EPR2, SMR... Tout savoir sur les différents réacteurs nucléaires
2 min de lecture

REP, EPR2, SMR... Tout savoir sur les différents réacteurs nucléaires

ECLAIRAGE - Ce jeudi 10 février, Emmanuel Macron a annoncé vouloir construire 6 réacteurs EPR2 et 8 autres supplémentaires en France d'ici 2050. Ils seront accompagnés de réacteurs SMR. Mais quelles sont les différences entre tous les différents réacteurs nucléaires ?

L'EPR de Flamanville en construction en 2016.
L'EPR de Flamanville en construction en 2016.
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Théo Putavy

REP, EPR2, SMR... À l'approche de la présidentielle 2022, ces sigles sont sans cesse répétés lors des différents débats sur l'énergie nucléaire. Ils concernent tous des types de réacteurs, plus ou moins anciens, déjà présents ou non en Europe. Emmanuel Macron a d'ailleurs annoncé jeudi 10 février qu'il souhaitait construire, d'ici 2050, 14 EPR2 accompagnés de petits réacteurs modulables SMR. 

En France, 56 réacteurs à eau pressurisée (REP) sont en service dans 18 centrales nucléaires. Les plus vieilles centrales encore en activité ayant été construites à partir de 1975, le parc nucléaire français est vieillissant et suscite de nombreuses critiques

C'est pourquoi Emmanuel Macron veut moderniser ce parc en construisant de nouveaux réacteurs. Face aux besoins grandissants en électricité, le président mise sur de nouvelles technologies, malgré les déboires de l'EPR de Flamanville

En effet, la France, par l'intermédiaire d'EDF, avait commencé dès 2007 les travaux de construction de l'EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville - une nouvelle génération de réacteurs par rapport aux REP traditionnels. Le chantier compte désormais plus de 10 ans de retard et pourrait coûter jusqu'à 19 milliards d'euros selon la Cour des comptes en juillet 2020. 

14 EPR2 accompagnés de petits SMR

À lire aussi

"EDF a lancé EPR2 pour lequel il a consacré plus d'un million d'heures d'ingénierie et qui offre des améliorations significatives par rapport à celui de Flamanville", a annoncé le chef de l'État jeudi à Belfort. L'EPR2 est donc une version "optimisée" de l'EPR. Il est censé être "plus simple à construire" et plus standardisé, bénéficiant d'un effet de série (construction par paires) et de préfabrications en usine ou modularisation. C'est aussi "le premier réacteur à être totalement conçu de façon numérisée", avec simulation 4D et visualisation 3D pour mieux détecter les anomalies, souligne EDF. 

La construction de six d'entre eux devrait commencer dans les prochaines années par paire à Penly (Seine-Maritime), Gravelines (Nord) et Bugey (Ain), d'après une proposition d'EDF au printemps dernier. Le premier pourrait voir le jour vers 2035. Pour construire des nouveaux réacteurs, il faudra plusieurs étapes avec un débat public sur le projet et le dépôt par EDF auprès du gouvernement d'une demande d'autorisation de création d'une installation nucléaire, qui sera ensuite instruite par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) , d'une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans.

Ces EPR2 devraient être accompagnés de petits réacteurs modulables (SMR pour "small modular reactors") et des réacteurs "innovants" produisant moins de déchets. Le commissariat à l'énergie atomique estime leur puissance comprise entre 50 et 500 mégawatts contre 900 à 1.450 pour les EPR. "Un appel à projets sera soutenu à hauteur d'un milliard d'euros par France 2030" pour mener ce projet à bien, a affirmé le président. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/