1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rentrée 2014 : des budgets étudiants plombés par le coût de la vie
2 min de lecture

Rentrée 2014 : des budgets étudiants plombés par le coût de la vie

INFOGRAPHIE - La rentrée 2014 sera difficile pour les finances des étudiants, quels que soient leurs statuts et leurs revenus. Boursiers ou privés d'aides tous voient leur budget augmenter, en moyenne de 2%, la faute notamment à des loyers qui ne cessent de s'élever et à des prestations sociales figées.

Infographie représentant les budgets des  étudiants pour l'année 2014/15.
Infographie représentant les budgets des étudiants pour l'année 2014/15.
Crédit : RTL.fr

Des loyers qui bondissent, des repas universitaires de plus en plus coûteux et des bourses pas suffisamment revalorisées. Selon l’UNEF, principal syndicat étudiant, la rentrée 2014 s’annonce difficile pour les élèves de l’enseignement supérieur. Dans son rapport annuel, publié lundi 18 août, l’organisation alerte sur un coût de la vie qui progresse de 2% en moyenne cette année, quatre fois plus rapidement que l’inflation.

Principales victimes : les étudiants non-boursiers vivant seuls à Paris, là où les chambres universitaires sont les plus demandées. Sans autre apport financier que les aides au logement, tous leurs postes de dépense sont à la hausse, avec en premier lieu les loyers (+3,25%) et autres frais d’agence. 

Les boursiers également concernés

Mais les boursiers ne sont pas épargnés non plus, à cause du gel de leurs aides notamment. Leur logement (loyer, frais d’agence, connexion internet…) leur reviendra au final 2,5% plus cher en 2014/2015 que l’an dernier. 

Inquiétant également, les boursiers hébergés en résidence universitaire seront aussi concernées par ces frais qui ne cessent d'augmenter. Même si leurs dépenses sont moindres (ils sont exemptés des frais d’agence, bénéficient d’un loyer minime), le coût total de leur année grimpera aussi, la faute au prix du repas universitaire (+1,6%) ou encore à des charges locatives qui bondissent de 12% (d’environ 218 euros à plus de 246). 

Principale conclusion de ce constat selon le syndicat étudiant : ils sont de plus en plus nombreux à travailler ne parallèle de leurs études. Depuis 2006, la proportion d’étudiants salariés serait ainsi passée de 18,5% à 29,6%. Selon le président de l’UNEF, le gouvernement serait notamment responsable de cette hausse du coût de la vie : « Il augmente les frais obligatoires d’un côté et gèle les bourses de l’autre », a ainsi déclaré William Martinet. 

Mais dès lundi, le gouvernement a annoncé une revalorisation des bourses effective dès la rentrée : +0,7% pour toutes les aides sur critères sociaux, soit au total 13 millions d’euros débloqués. Une décision sans lien avec la publication de l’étude à en croire Geneviève Fioraso. Selon la ministre de l’enseignement supérieur, ce dégel des bourses avait été décidé au début de l’été.  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire