2 min de lecture Auto

Renault ou Volkswagen : qui est vraiment le numéro un mondial de l'automobile ?

ÉDITO - Le PDG de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, revendique le titre de numéro un mondial de l'automobile. L'Allemand Volkswagen, champion en titre aussi. Alors, à qui revient finalement la couronne ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Renault ou Volkswagen : qui est vraiment le numéro un mondial de l'automobile ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Pour l'instant, le premier à parler a été Carlos Ghosn. Il affichait, mercredi 17 janvier, sans retenue, sa victoire devant une commission parlementaire.

Il n'a pas tout à fait tort. Le trident Renault-Nissan-Mitsubishi, avec 10,6 millions unités, est effectivement numéro un pour les véhicules légers et les utilitaires. Mais Volkswagen et ses douze marques est en tête avec 10,7 millions (si l'on comptabilise - ce qui se fait traditionnellement - les 200.000 poids lourds construits par ses filiales Mann et Scania).

Derrière cette bataille de chiffres, il y a surtout des batailles d'ego. Il faut bien noter une chose : ce classement est remarquable à deux titres. D'abord il souligne la formidable montée en puissance de Renault et de ses associés. Ces constructeurs étaient marginaux il y a quinze ans ; ce sont aujourd'hui des champions.

Ensuite il y a l'exceptionnel retour au premier plan de Volkswagen, deux ans seulement après le dieselgate (un scandale d'envergue mondial).

Paris osés de Renault

À lire aussi
Un agent de surveillance de la voie publique met une contravention pour mauvais stationnement (image d'illustration) faits divers
Nord : les policiers conduisent sa voiture, elle doit payer 6.000 euros d'amende

Sur le fond, Carlos Ghosn peut légitimement pousser un "cocorico". Même si l'essentiel des 10,6 millions véhicules sont fabriquées hors de France et que les bénéfices sont enregistrés loin de Paris, le pavillon Renault est toujours au cœur de cette nouvelle dynamique.

Cette réussite, finalement, couronne des paris osés : la voiture à bas coût Dacia, le sauvetage de Nissan, la résurrection du Russe Avtovaz et la guérison de Mitsubishi.

Maintenant attention, l'industrie automobile est en pleine mutation : véhicules autonomes, nouvelles énergies, nouveaux modes de consommation. La balle est déjà de nouveau au centre pour le prochain match.

Une couronne pas seulement symbolique

Cette couronne serait donc juste symbolique ? Si elle hypertrophie un peu plus l'ego des patrons, cette première place est aussi un bel outil marketing, commercial et publicitaire. Par ailleurs, la performance est une composante importante de la cohésion et du dynamisme d'une entreprise.

Enfin, il y a l'avantage compétitif que procurent les gros volumes. C'est la clé des économies d'échelle dont l'accumulation permet de baisser les prix et de contrer la concurrence. Là, on passe du symbole à la rentabilité.

Les plus

- Les Chinois ont réalisé le tiers des achats des biens de luxe dans le monde l'an dernier. C'est une bonne nouvelle pour nos marques.

- Le nucléaire repart en Grande-Bretagne. EDF espère de nouveaux projets outre-Manche, où Emmanuel est en déplacement.

La note du jour

14/20 au gouvernement norvégien. Il est déjà champion de la voiture électrique, il veut maintenant être champion des avions de ligne 100% électrique. Ouverture des premières liaisons d'une durée de vol de 90 minutes dès 2025.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Renault Nissan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants