1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Réforme du collège : les syndicats divisés avant la manifestation

Réforme du collège : les syndicats divisés avant la manifestation

REPLAY - Une manifestation se déroule ce samedi 10 octobre à Paris contre la réforme du collège lancée par Najat Vallaud-Belkacem. Mais les syndicats semblent divisés sur la question.

Une manifestation contre la réforme du collège ( illustration)
Une manifestation contre la réforme du collège ( illustration)
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Les syndicats divisés sur la réforme du collège
01:50
Raphaël Vantard
Animateur

La réforme du collège lancée par la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem se fait dans le conflit avec les syndicats, à l'image de la manifestation qui a lieu à Paris ce samedi 10 octobre. Un rassemblement prévu en plein weekend pour tenter de rameuter les parents d'élèves voire les collégiens eux-même, alors que les précédents mouvements avaient été peu suivis. "On est en train de préparer l'éclatement du service public", a annoncé Jacques Lacroix, délégué du syndicat SNES. Il déplore la fin des classes bilingues et l'abandon des langues anciennes décidées par le gouvernement. 

Pour le syndicaliste "tout s'est fait à marche forcée". "On est pour des changements, mais pas n'importe quoi n'importe comment", a-t-il ajouté pour RTL. Les syndicats espèrent donc une grosse mobilisation pour forcer la main de la ministre et l'obliger à ouvrir des négociations. Mais tous les syndicats ne semblent pas être sur la même longueur d'onde.

Ce que propose la réforme du collège ce n'est pas une révolution

Christian Chevalier de l'UNSA

En effet, dans une tribune publiée vendredi 9 octobre sur le site du JDD, des syndicats soutiennent la réforme du collège menée par le gouvernement. "Ce que propose la réforme du collège ce n'est pas une révolution, arrêtons", explique Christian Chevalier du syndicat UNSA. "Ce sont des évolutions pour justement donner plus de chances à ceux qui sont les 'invisibles' de notre système éducatif, ceux qu'on ne veut pas voir parce qu'ils rencontrent des difficultés", insiste le syndicaliste. 

Christian Chevalier revient aussi sur le coût social à posteriori de ses élèves qui quittent le système éducatif sans qualification, arguant par ailleurs qu'un bon élève réussira toujours. Les jeunes en échec scolaire "ce sont les même que l'on retrouve au RSA, il faut que chacun ouvre les yeux sur ces problématiques", conclue-t-il. La manifestation de samedi a rassemblé 16.000 personnes selon les organisateurs et 8.000 selon la police. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/