1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rassemblement anti-GPA à la veille d'une décision de justice
1 min de lecture

Rassemblement anti-GPA à la veille d'une décision de justice

Quelques centaines de partisans de la Manif pour tous se sont rassemblés jeudi soir devant le palais de justice de Paris à la veille de l'examen par la justice de l'inscription à l'état civil d'enfants nés à l'étranger de gestation pour autrui.

Ludovine de la Rochère, présidente de La manif pour tous
Ludovine de la Rochère, présidente de La manif pour tous
La rédaction numérique de RTL & AFP

Ils dénoncent "l'asservissement de la femme" et la "marchandisation de l'enfant", quelques centaines de partisans de la Manif pour tous se sont rassemblées jeudi soir devant le palais de justice de Paris à la veille d'une décision judiciaire sur l'inscription à l'état civil d'enfants nés de GPA. 

Pour Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour Tous, "retranscrire ces actes à l'état civil, c'est reconnaître la GPA", et "la France, patrie des droits de l'Homme doit agir et être le leader de l'abolition de la GPA.". Les manifestants, parmi lesquels le maire (UDI) de Neuilly Jean-Christophe Fromantin et le député (Les Républicains) Hervé Mariton, tenaient des drapeaux bleus et roses représentant une famille de parents hétérosexuels avec deux enfants, main dans la main. Sur leurs pancartes on pouvait lire "GPA=business des enfants la France peut-elle tolérer?" et "GPA=trafic humain la France doit la combattre".  

La Cour de cassation se penche vendredi sur des pourvois concernant deux enfants nés par GPA, en Russie, de pères français: la cour d'appel de Rennes avait refusé l'inscription à l'état civil pour le premier le 15 avril 2014, mais l'avait accepté pour le second le 16 décembre. 

La Cour de cassation, qui a toujours rejeté les pourvois relatifs à la transcription à l'état civil d'enfants nés de mères porteuses à l'étranger, pourrait changer de position. En effet, en juin 2014, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé que la France ne pouvait porter atteinte à "l'identité" des bébés nés de mères porteuses à l'étranger en refusant de les reconnaître. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/