4 min de lecture CICE

Qui a vu les milliards du CICE ?

Au lendemain de la publication de deux rapports qui livrent des analyses contradictoires sur les effets dU CICE, la presse s'interroge.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Qui a vu les milliards du CICE ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Entre eux, ils appellent ça "la motte". La motte qui fait penser au beurre et à l'argent qu'il génère et c'est exactement ça. La motte c'est une caisse noire de la police chargée de la protection des personnes et qui est alimentée par les très généreux pourboires des personnalités étrangères. "Les gros bakchichs des superflics" titre Le Parisien/Aujourd'hui en France qui révèle l'affaire ce matin. "Voilà au moins 20 ans affirme le journal, que les policiers de la sous-direction de la protection des personnes placent dans un coffre-fort les enveloppes de cash et les cadeaux en nature que leur offrent certaines délégations étrangères quand elles repartent. Le plus souvent, elles laissent plusieurs milliers d'euros en liquide comme on laisse un pourboire à un serveur. Parfois, ça peut aussi une montre de luxe."

L'argent, la motte donc, est placé dans un coffre-fort. "On la laisse grossir, mais seulement jusqu’à un certain point, à partir de 30.000 euros ça devient chaud et il faut redistribuer", explique un policier au journal. Ça fait 400 euros en moyenne par mois et par agent. En liquide, aucun registre, aucune trace, mais beaucoup de tensions. On joue des coudes pour être sur le planning le jour du départ d'une délégation dont on sait qu'elle laisse un bon pourboire. Les plus généreuses seraient les délégations africaines ou moyennes orientale : Gabon, Émirats arabes unis, Arabie saoudite.

"Dans le service, ceux qui gèrent la motte font la loi", explique un flic sous couvert d'anonymat. Pourquoi ne pas avoir dénoncé cette situation ? "il y a eu des moutons blancs, qui ont voulu dénoncer cette pratique, ils ont fini à l'abattoir". S'opposer à la motte, c'est la garantie de finir exclu du groupe et de voir sa carrière brisée.

À lire aussi
François Lenglet économie
CICE : la baisse des charges est-elle possible ?

Se pose aussi la question des contreparties, quand une délégation se rend coupable d'un délit, sollicitation de prostituées par exemple. "La motte c'est le prix du secret, vous fermez les yeux et vous empochez." Le journal a alerté le patron de la police nationale qui promet l'ouverture d'une enquête administrative ou judiciaire. "il est évident que la protection des délégations étrangères place les policiers face a un mode de vie d'une autre planète", écrit Donat Vidal Revel. La bonne excuse. Un policier n'est ni un plagiste ni un concierge de palace, il incarne et engage une institution républicaine, son honnêteté doit, en cela, être au-dessus de tout soupçon.

Après la caisse noire, on parle de la patate chaude

Une patate chaude en cinq lettres ? CICE, crédit d’impôt compétitivité emploi. Mesure phare du quinquennat Hollande avec le pacte de responsabilité, le CICE est accordé à toutes les entreprises disposants d'employés et dont le montant est calculé sur la base de la masse salariale. Le CICE devait permettre aux entreprises de restaurer leur marge, de conquérir des marchés, de créer de l'emploi, d'investir. "Mais où sont passés les milliards du CICE ?", se demande Libération et toute la presse ce matin, au lendemain de la publication de deux rapports qui livrent des analyses contradictoires sur les effets de ce CICE.

Il n'aurait servi à sauver ou créer que 50 à 100.000 emplois en 2013 et 2014, loin des 200.000 créations nettes qu'espérait le gouvernement, et tout cela pour 29 milliards d'aides perçus par les employeurs. L'Humanité a fait le calcul, ça fait entre 300 et 600.000 euros par emploi. "Le gâchis du CICE" titre le journal communiste.

"Bilan décevant", titre Le Monde. Le CICE c’était la bonne excuse pour justifier le sacrifice fiscal des ménages, "la facture des années Hollande", comme le titre en une le Figaroqui publie une étude cette fois sur le ras le bol fiscal des Français. Que dit cette étude ? Et bien que le matraquage fiscal n’est pas qu'une impression et qu'il n'a pas épargné les classes moyennes, contrairement à ce que dit le gouvernement. C'était d'ailleurs la bonne excuse, dire que la politique fiscale a été juste car les classes moyennes n'ont pas été touchées. Le Figaro publie le cas de six foyers fiscaux qui ont vu leur impôt augmenter, parfois jusqu'à 20%. C'est le pompon donc !

Ouest France nous emmène ce matin dans les coulisses du recrutement au sein du bagad de Lann bihoué. Ça ne vous dit rien, ou si peut être. Vous en avez au moins entendu parler dans une chanson d’Alain Souchon.

>
ALAIN SOUCHON - Le Bagad de Lann-Bihoué - (version cd)

La plus prestigieuse des formations de musique bretonne, ambassadrice de la Marine nationale à travers le monde. Ses musiciens sont appelés des sonneurs et ils sont militaires. Et c'est cette semaine qu'avaient lieu les auditions pour l'intégrer, Ouest France a donc suivi onze garçons et filles âgés de 17 à 25 ans, partant pour embrasser la carrière militaire tout en assouvissant leur passion artistique. Le recrutement se déroulait à la base aérienne de Lorient-Lann-Bihoué dans le Morbihan, c'est la plus grande d’Europe par sa superficie : 800 hectares.

Les pupitres à pourvoir correspondent à la bombarde, à la cornemuse et aux percussions. Deux prérequis sont indispensables : "Savoir jouer d'un instrument bien sûr" et "être capable d'assimiler tout le répertoire en deux mois", pour partir en tournée ensuite. Le bagad est constitué de 30 sonneurs, moyenne d'âge : 21 ans. Les musiciens restent pour deux années minimum et cinq années maximum, le temps de faire mentir Alain Souchon...

Après le pompon les perles

C'est dans VSD cette semaine, Patrice Romain, a été instituteur en primaire pendant 20 ans avant d'être directeur d'école et pendant toute sa carrière il a conservé soigneusement les mots d'excuse écrits par les parents et a décidé d'en faire un livre. Un mélange  invraisemblable de mauvaise foi, d'agressivité, d'inventivité.
"Monsieur, franchement que Yannick ait D en musique on s'en fout, il sera jamais Picasso et alors ?",  "Madame, Karine n'était pas à l'école mardi pour cause de soldes, car il fallait qu'elle essaye ses vêtements. Ps : je ne regrette pas mes achats", ou encore "Madame, le sport moi je rentre du travail et je fais la cuisine, et la vaisselle et après c'est le film. Quand est-ce que vous voulez que je fasse les devoirs à Bruno ?".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
CICE Emploi Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784978268
Qui a vu les milliards du CICE ?
Qui a vu les milliards du CICE ?
Au lendemain de la publication de deux rapports qui livrent des analyses contradictoires sur les effets dU CICE, la presse s'interroge.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/qui-a-vu-les-milliards-du-cice-7784978268
2016-09-30 10:02:12
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Qn2MlDUZiTMp6-VUdFxeOQ/330v220-2/online/image/2015/1224/7781008086_pole-emploi-illustration.jpg